Dernière mise à jour :
mardi 1er juillet 2014
62 articles à ce jour


Brèves
Le « supergène » du mimétisme déchiffré

Comment différents insectes ayant mauvais goût pour les oiseaux développent-ils les mêmes couleurs d’avertissement sur leurs ailes, renforçant ainsi leur protection contre les prédateurs ? Une équipe de scientifiques a pour la première fois découvert ce qui permet aux papillons tropicaux de réaliser cette étonnante stratégie évolutive appelée mimétisme Müllérien : un « supergène ». Un bloc d’une trentaine de gènes s’est trouvé immobilisé, au cours de l’évolution, par des phénomènes d’inversions (des régions d’ADN qui se retrouvent en position inversée chez différents individus), supprimant le processus naturel de mélange génétique entre générations. De cette manière, de nombreux gènes sont hérités en bloc et produisent des papillons d’apparence totalement différente.

dans les Entomo-actualités : Transmission du mimétisme müllérien chez un papillon

Des insectes à trois paires d’ailes

Au cours des 250 millions d’années d’évolution des insectes, jamais on n’avait vu apparaître de nouvelles ailes. Des transformations, oui. Des pertes, oui. Mais pas d’ajout.

Une équipe de chercheurs vient de briser ce dogme en apportant les preuves que le casque exubérant des membracides, un groupe d’insectes cousin des cigales, est en fait une troisième paire d’ailes profondément modifiée. Cette découverte est publiée dans la revue Nature du 5 mai 2011 dont elle fait la couverture.

dans les Entomo-actualités : Du nouveau chez les membracides

Une araignée « végétarienne »

Elle serait l’exception qui confirme la règle : une araignée sud-américaine a un régime alimentaire presque uniquement végétarien. Son péché mignon : l’acacia, qu’elle vole aux fourmis !

L'araignée herbivore défendant son nid face à une fourmi vivant dans un acacia.

Bagheera kiplingi se distingue par son goût très prononcé pour la verdure. L’espèce observée au Mexique est presque totalement herbivore, expliquent des chercheurs dans la revue Current Biology.

Mémoire sociale chez les drosophiles

Des interactions sociales positives existent chez les drosophiles : quand elles sont en groupe, ces mouches se souviennent mieux que lorsqu’elles sont isolées.

Drosophila immigrans

L’équipe de Thomas Preat du laboratoire de neurobiologie (CNRS / ESPCI ParisTech) vient de mettre en évidence ce phénomène grâce à des tests sur la mémoire olfactive. Ces travaux, publiés dans la revue Current Biology du 13 octobre 2009, ouvrent de nouvelles voies d’investigation pour comprendre le rôle de l’environnement social sur la modulation du souvenir et la prise de décision.

Bienvenue dans le "Monde des Insectes"

Le Monde des insectes est le lieu de rencontre de tous les passionnés d'insectes et autres arthropodes, quels que soient leurs niveaux, leurs approches et leurs objectifs.


Articles les plus récents

Accès aux forums

Les insectes

Odonates Orthoptères Dermatères Dictyoptères Hémiptères/Homoptères Hémiptères/Hétéroptères Coléoptères Névroptères
Symphytes Hyménoptères/Apocrites Lépidoptères Diptères Autres identifications

Autres hexapodes et autres arthropodes

Arachnides     Arachnides Myriapodes Crustacés/Isopodes

Galerie de photographies

Les 5 dernières photos envoyées :



À propos du site :

Ce site est mis à disposition sous un contrat Creative Commons (BY-NC-ND) et est signataire de la charte du Web Indépendant. Nous avons l'intime conviction que les connaissances, qu'elles soient le fait d'amateurs ou de scientifiques de renom, doivent être mises à la disposition de chacun, pour former une bourse du savoir gratuite et sans prétention, dont l'objet est ici l'étude des insectes et autres arthropodes.

Il se veut donc volontairement sans aucune publicité.

Vous pouvez suivre les nouveautés du site en utilisant la syndication grâce au lien RSS en ajoutant un marque-page dynamique.