Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

[Henosepilachna argus] Questions sur les Coccinellidae

Vous avez trouvé un coléoptère dont vous ne connaissez pas le nom ? Vous avez fait une observation intéressante ?

Animateur : Lysbeth d'Alys

Dorcadion
Membre confirmé
Enregistré le : samedi 28 juillet 2012, 13:57
Localisation : 74

[Henosepilachna argus] Questions sur les Coccinellidae

Message par Dorcadion »

Bonjour à tous,

J'ai deux questions à propos des Coccinellidae:

J'ai lu qu'en France, le genre Henosepilachna comporte trois espèces:
H. argus Geoffroy in Fourcroy
H. elaterii Rossi
et H. angusticollis Reiche
Pour les deux premières, des photos sont présentes en galerie et sur internet, et j'ai trouvé des critères pour les séparer. Mais pour H. angusticollis (=H. undecimmaculata), je n'ai rien trouvé. En quoi se distingue-t-elle des autres espèces? Où peut-on trouver une description?

Et j'ai aussi cherché ce qui permettait de distinguer la sous-famille des Ortaliinae des autres sous-familles, en France, mais là non plus, je n'ai rien trouvé. Est-ce que vous pouvez m'aider?

Merci d'avance
Dorcadion

Balises :
Avatar du membre
CPU
Membre confirmé
Enregistré le : vendredi 8 août 2008, 19:23
Localisation : Touraine
Contact :

Questions sur les Coccinellidae

Message par CPU »

Bonjour Dorcadion,

Je me pose ces deux questions depuis un moment... sans trouver de réponse 8-O
Je continue à chercher...
RCPU

Entomo, ergo sum ! (soufflé par Descartes)

Ad maiorem Darwini gloriam !
Dorcadion
Membre confirmé
Enregistré le : samedi 28 juillet 2012, 13:57
Localisation : 74

Questions sur les Coccinellidae

Message par Dorcadion »

Bonjour,

Zut alors! Qui va pouvoir répondre!?

J'ai trouvé ce document, où Epilachna angusticollis est cité une fois...pour dire que les pièces génitales de Epilachna argus sont très proches de celles de Epilachna angusticollis! Et c'est tout!
http://www.zobodat.at/pdf/SBAWW_190_0173-0185.pdf

J'ai aussi trouvé ça, où il est dit, si je comprends bien, que Henosepilachna elaterii et Epilachna undecimmaculata sont des synonymes de Epilachna chrysomelina? (ce dernier taxon est maintenant, d'après le catalogue mondial des Epilachninae, un synonyme de H. elaterii).
https://books.google.fr/books?id=I1gS5H ... ta&f=false

Et dans les documents plus récents, comme la liste des Coccinelles de France dans un article d'Harmonia, ou le catalogue mondial on retrouve H. argus, H. elaterii et H. undecimmaculata (=H. angusticollis).

Je suis un peu perdu! :(
Avatar du membre
CocciGuyane
Membre confirmé
Enregistré le : lundi 24 janvier 2005, 11:18
Localisation : Limousin
Contact :

Questions sur les Coccinellidae

Message par CocciGuyane »

... et il y a de quoi être perdu !
Je vais même compliquer un peu la chose (wéééé !) : chrysomelina est en passe d'être revalidé et reséparé d'elaterii. la bonne nouvelle, c'est qu'on ne l'a pas (à priori) en France.
Dans un mois paraîtront les actes des 1ères rencontres nationales des coccinellistes qui s'étaient déroulées fin 2014 à Angers (prochaine édition en 2016 à Paris). Dans ses actes, qui paraîtront sous la forme d'un numéro spécial de "Harmonia - coccinelles du monde" (mazette, quel journal, comme dirait un célèbre auteur de BD) dans moins d'un mois (téléchargement gratuit sur le site web du bulletin), un article de jean-Pierre Coutanceau contient une illustration et une carte de répartition d'angusticollis.

Pour la France :
- elaterii se distingue d'argus et d'angusticollis par sa ponctuation, plus grosse et surtout sans tache scutellaire.
- entre argus et angusticollis, la fauna iberica nous indique les critères suivants : vue de dessus, les élytres d'angusticollis se rétrécissent nettement vers l'arrière, alors qu'argus a un apex plus arrondi. de plus, argus est plus convexe qu'angusticollis (vue latérale).
Angusticollis est nettement plus méridionale, mais les deux espèces cohabitent.

Plus/moins... sacrés critères quand on a pas pu comparer les deux pas vrai ? La planche relative à ces espèces montre effectivement une différence nette entre les individus présentés, mais je m'interroge sur la variabilité individuelle. JP Coutanceau estime que les points sont plus petits chez angusticollis, mais encore une fois le critère ne marchera probablement pas tout le temps.

Je m'étais fait il y a quelques années une clef de ces espèces avec illustrations des génitalias : je cherche, je retrouve, je scanne et je fais circuler.

Ah, une dernière chose : le côté ocellé ou pas des taches. Nous avons eu un débat très intéressant il y a moins d'une semaine dans le cadre de la rédaction de l'atlas du Pas-de-calais. On évoque rarement la présence de ces halos clairs autour des taches chez argus, alors que je ne rencontre que ça en Limousin et dans le sud-ouest. En Pas-de-Calais ils n'ont jamais vu cette forme et JP Coutanceau n'en a jamais rencontré non plus. Je lancerai un appel à témoignage pour que nous puissions définir la répartition de ces deux formes (cf. le prochain numéro régulier d'Harmonia à la fin de l'année).

Voilà, j'espère avoir été à peu près clair... Si vous observez des henosepilachna, pensez à prendre si possible une photo vue de dessus et une vue latérale, nous nous entraînerons ensemble à leur reconnaissance !
Si, à l'image des coccinelles, il suffit de compter les points noirs pour déterminer l'âge d'un être vivant, alors je connais des ados vachement vieux...
Avatar du membre
Petit Schtroumpf
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Marseille peuchère !

Questions sur les Coccinellidae

Message par Petit Schtroumpf »

Intéressant. Ça veut aussi (et surtout) dire que toutes mes données d'H. argus sont bonnes pour la poubelle :mrgreen:

J'ai regardé dans mes photos ce que j'avais. Pour le moment, j'avais en tête 1 site ou je savais que j'avais pris des clichés que voici :

Image
Sylvain Fadda : France : Marseille : 13016 : 30/10/2014
Altitude : 5 m - Taille : 6 mm
Réf. : 150801

Image
Sylvain Fadda : France : Marseille : 13016 : 30/10/2014
Altitude : 5 m - Taille : 6 mm
Réf. : 150803

Le côté convexe en vue latéral, je vois pas trop, mais les élytres sont visiblement rétrécis en arrière !

Il va falloir que je fouille plus pour d'autres sites et d'autres photos, et que j'ouvre l’œil ! Je regarderai aussi ce que j'ai en collection. Mais je ne dois pas dépasser les 3 spécimens.
Sylvain
Avatar du membre
CPU
Membre confirmé
Enregistré le : vendredi 8 août 2008, 19:23
Localisation : Touraine
Contact :

Questions sur les Coccinellidae

Message par CPU »

Bonjour Vincent et merci,
Effectivement ton exposé est clair mais le fond de l'affaire l'est moins : les critères séparant argus de angusticollis paraissent difficilement exploitables sans matériel de comparaison... Attendons l'article de J-P. Coutanceau et la clé que tu as concoctée...
RCPU

Entomo, ergo sum ! (soufflé par Descartes)

Ad maiorem Darwini gloriam !
Avatar du membre
CocciGuyane
Membre confirmé
Enregistré le : lundi 24 janvier 2005, 11:18
Localisation : Limousin
Contact :

Questions sur les Coccinellidae

Message par CocciGuyane »

Je ferai de ta bête une argus. Je crois que le critère de la faune ibérique, que je n'ai pas traduit littéralement dans mon précédent message, peut être interprété ainsi (ce n'est pas une traduction, mais ma manière à moi de distinguer les 2 espèces) :
Vue de dessus, la plus grande largeur des élytres se trouve :
- à peu près au tiers antérieur pour angusticollis.
- à peu près à la moitié pour argus.

C'est en fait de ça que découle l'aspect plus "pointu" ou plus triangulaire d'angusticollis. C'est un truc que j'utilise fréquemment pour les epilachninae malgaches et africaines.
Pour la vue de profil, on attendra d'autres images, mais le bombement de ton spécimen me semble assez caractéristique et habituel d'argus.

Par contre, je note les halos clairs autour des taches. Un point pour l'hypothèse d'une variété sudiste différente d'une nordiste. Maintenant il va falloir poser d'autres jalons plus au nord de Marseille !
Si, à l'image des coccinelles, il suffit de compter les points noirs pour déterminer l'âge d'un être vivant, alors je connais des ados vachement vieux...
Dorcadion
Membre confirmé
Enregistré le : samedi 28 juillet 2012, 13:57
Localisation : 74

Questions sur les Coccinellidae

Message par Dorcadion »

Bonjour,

Merci pour cette réponse détaillée!
C'est vrai que les critères nécessitant de comparer deux spécimens sont toujours compliqués quand...on n'a pas les différentes espèces sous les yeux!
Les édéages permettent-ils de séparer les deux espèces avec plus de certitude?

Et je reviens à ma deuxième question :D :
Comment différencie-t-on la sous-famille des Ortaliinae?
Apparemment, il y a des articles qui en parlent, mais ils ne sont pas en libre accès:
(EN) Kovár, I., Phylogeny in Hodek, I.; Honek, A. (a cura di), Ecology of Coccinellidae, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1996, pp. 19-31
A new species of Philippine Ortaliini (Coleoptera: Coccinelliemle: Ortaliinae) (celui-là, il y aurait une de la tribu Ortaliini seulement, pas de la sous-famille, mais c'est déjà ça)

Sinon j'ai trouvé ce site, mais je ne parle pas portugais (si c'est bien ça!) :lol:
http://www.coleoptera.ufpr.br/ortaliini.html
http://www.coleoptera.ufpr.br/noviini.html
Avatar du membre
Bébert
Animateur
Enregistré le : mercredi 3 février 2010, 12:14
Localisation : Liesle (25)
Contact :

Questions sur les Coccinellidae

Message par Bébert »

heureusement que google parle toutes les langues :
Ortaliinae : élytres peu ponctués, beaucoup plus larges que le prothorax ; arrondies à l'angle humérale. Antennes insérées au niveau de la partie antéro-interne des yeux, avec les articles de la massue moins longs que larges. Prothorax raccourci antérieurement, atteignant le côté externe de l'oeil.

Je te laisse te débrouiller pour les Noviini :wink:
Dorcadion
Membre confirmé
Enregistré le : samedi 28 juillet 2012, 13:57
Localisation : 74

Questions sur les Coccinellidae

Message par Dorcadion »

Je n'y avais pas pensé! :0018:
Merci :D

Pour les Noviini, ça donne ça, à peu près: Surface dorsale finement et densément ponctuée, avec une pubescence courte et dense. Tête dirigée ventralement, non insérée profondément dans le pronotum. Clypeus large, labre dans le plan inférieur du clypeus. Palpes ne s'étendent pas au delà des yeux, qui sont densément pubescents et non émarginés. Insertion antennaire cachée, antennes de huit articles, dont une massue de trois articles, les deux basaux larges.

Les deux espèces que l'on trouve en France, Novius cruentatus et Rodolia cardinalis, appartiennent toutes les deux à la tribu Noviini.

J'ai une clé pour les sous-familles de Coccinellidae de France, faite en assemblant plusieurs informations. Il y a peut-être erreurs, notamment au niveau Scymninae/Coccidulinae où ce n'est pas très clair, mais ça marche pas trop mal (surtout que la plupart du temps, je sais déjà à peu près à quelle sous-famille appartient la bête :lol: )
Je me demande donc où et comment insérer les Noviini?

1- Article distal du palpe maxillaire allongé, conique.............................................................................Sticholotidinae
- Article distal du palpe maxillaire tronqué........................................................................................2

2- Tarses clairement quadrimères, le second article court, le troisième tout à fait libre. Corps allongé, pronotum cordiforme..................................................................................................................................Coccidulinae, Tetrabrachus connatus
- Tarses pseudotrimères, le tarsomère 2 élargi en cœur, le troisième inséré dans cette projection du deuxième. Corps généralement arrondi.........3

3- Antennes insérées dorsalement à la hauteur de la moitié antérieure des yeux, dans une profonde dépression du front, libres de se déplacer vers le haut. Dessus velu, mandibule sans dent basale............................................................................................Epilachninae
- Antennes insérées très en avant des yeux, sous la marge antérieure du front, souvent derrière une extension de la joue, qui masque le bord interne des yeux. Les antennes ne sont généralement pas mobiles vers le haut. Mandibule avec dent basale....................4

4- Clypeus élargi en avant des yeux, masquant en partie ceux-ci et entièrement l'insertion des antennes........Chilocorinae
- Clypeus non élargi, laissant l'insertion antennaire libre.....................................................................5

5- Face supérieure du corps velue....................................................................................................6
- Face supérieure du corps glabre...................................................................................................7

6- Antennes généralement plus longues que la largeur de la tête, l'extrémité atteignant la marge postérieure du pronotum, ou alors antennes à peine plus longues que la tête, et alors prosternum fortement prolongé à l'avant, cachant la bouche en position de repos. Yeux à facettes grossières.................................................................................................................................Coccidulinae
- Antennes plus courtes. Yeux à facettes fines...................................................................................Scymninae

7- Pronotum étroitement appliqué à la base des élytres. Bord postérieur du pronotum anguleux. Epipleures des élytres creusés de fossettes recevant l'extrémité des fémurs 2 et 3. Antennes plus courtes que la tête. Coccinelles noir brillant, souvent avec une tache jaune à l'extrémité de chaque élytre........................................................................................................................................Scymninae, tribu Hyperaspidini
- Marge postérieure du pronotum et épaules arrondies, de sorte que le pronotum n'est pas étroitement adjacent à la base des élytres. Yeux avec une quille forte. Epipleures des élytres sans fossettes. Antennes généralement plus longues que la tête...............Coccinellinae
Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Coléoptères »