Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

[cavité frêne]

Vous avez trouvé un coléoptère dont vous ne connaissez pas le nom ? Vous avez fait une observation intéressante ?

Animateur : Lysbeth d'Alys

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

cavité

Message par Mille sabords »

Premier résultat du Berlèse du terreau de surface :
retrouvés :
Dendrophilus punctatus, Paromalus flavicornis, Abraeus perpusillus, Abraeus granulum
nouveaux:
Orthoperus aequalis (1 mâle), Dienerella vincenti (1 ex.), Ptinella aptera (> 10 ex.) et enfin un nouvel histérides Gnathoncus rotundatus (1 mâle) (j'ai un peu de mal avec ce genre mais l'édéage et la ponctuation du pygidium collent bien avec les images des Histérides d'Espagne de Yélamos).

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

cavité

Message par SECQ Michel »

Mille sabords ton filon semble inépuisable :0024:
Tu as certainement raison concernant la détermination d'un spécimen de Gnathoncus rotundatus, l'espèce est assez courante,
je peux te dire que Gnathoncus nannetensis possède le scape noir et la ponctuation du pygidium bien ronde...

Genre Gnathoncus Jacquelin du Val, 1857 de la faune de France (SECQ en préparation)
1 (4). – Dans la région apicale des élytres, les points ont des intervalles quasiment lisses.
2 (3). – Ponctuation du pygidium rond. Corps et scape noir, tibias brun. (2,2-3,5 mm)...................................................................nannetensis (Marseul, 1862)
3 (2). – Ponctuation du pygidium transversale, les points sont étirés et forment parfois des rangés transversales. Corps brun foncé à brun clair, tibias rougeâtre à brun clair, scape brun rougeâtre. (la var. subsuturalis Reitter désigne des spécimens dont la strie suturale atteint la moitié de la longueur de l’élytre). (1,8-2,8 mm)
...........................................................................................................................................................................rotundatus (Kugelann, 1792)
4 (1). – Dans la région apicale des élytres, les points ont des intervalles rugueux comprenant des plis ou des ridules.
5 (10). – Ponctuation du pygidium arrondi ou ovale, présentant une abondante micro-sculpture dans les intervalles.
6 (7). – Strie suturale courte, 1/10e à 1/6e de la longueur de l’élytre, le plus souvent réduite à un court crochet scutellaire (dans la var. Auzati Pic, la strie suturale atteint la moitié de la longueur de l’élytre). Ponctuation de l’élytre assez petite et délicate. Corps brun et tibias rougeâtre. (1,7-2,8 mm)...communis (Marseul, 1862)
7 (6). – Strie suturale assez longues, 1/3 à 1/2 de la longueur de l’élytre. Ponctuation de l’élytre assez large et grossière. Corps noir et tibias brun rougeâtre.
8 (9). – Tibias antérieurs assez étroits, marge externe munie de denticules bien développés. (2,1-2,9 mm)...........................................buyssoni Auzat, 1917
9 (8). – Tibias antérieurs large, marge externe munie de denticules peu accusés.
10 (5). – Ponctuation du pygidium étirée transversalement, parfois confluente, présentant une micro-sculpture dans les intervalles peu développée. (1,6-2,8 mm)
.............................................................................................................................................................................nidorum Stockmann, 1957
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

cavité

Message par Mille sabords »

Un grand merci pour la clé. Je vais l'essayer sur mes autres Gnathoncus.

vanderbergh
Membre confirmé
Enregistré le : vendredi 12 août 2005, 14:39
Localisation : Orne

cavité

Message par vanderbergh »

ça devient fatigant vos histoires de gna gna gna et de ...cus :0007:

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

cavité

Message par Mille sabords »

C'est vrai que les Gnathoncus c'est fatiguant.

Je n'arrive pas a apprécier le premier critère de la clé.
Avec les édéages je vois que j'ai 3 espèces sur Boullay les Troux.
Celui de la cavité a l'édéage en vue de face qui se rétréci a la moitié et qui ensuite est parfaitement linéaire jusqu'a l'apex, pattes et antennes entièrement rouge. Je pense donc que c'est bien rotondatus et pourtant je vois des plis entre les points a l'apex des élytres, surtout sur les bords.
La deuxième espèce a l'édéage assez trapu et linéaire de bout en bout avec à l'extrémité un élargissement en trapèze plus ou moins marqué. Je pense que c'est buyssoni et pourtant je n'observe pas plus de plis ou de rides que chez rotondatus.
La troisième espèce à l'édéage sinué vers l'extrémité vue de face et vue de profil est bien recourbé à l'extrémité, je pense que c'est nannetensis. Et dans ce cas, je n'arrive pas à voir que l'apex des élytres est plus lisse entre les points que pour buyssoni.

Ou faut-il regarder exactement ? Plutôt vers la suture ou plutôt vers les bords de l'élytre ? Ce caractère est-il théoriquement facile à observé et est-il constant ?

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

cavité

Message par SECQ Michel »

En effet, les Gnagnathonthoncus donnent la migraine :mrgreen:
Regarde bien le site polonais, les déterminations sont correctes : http://www.colpolon.biol.uni.wroc.pl/gnathoncus.htm
Pour la rugosité de l'élytre examine plus particulièrement l'angle postérieur externe, l'édéage mâle n'est pas super
pour séparer les espèces sauf pour nidorum.
Chaque espèce porte sur la marge externe du tibia antérieur des denticules assez particuliers. L'examen de la ponctuation
du pygidium est indispensable, ainsi que la strie suturale et l'intensité de la ponctuation générale des élytres.
Bref, c'est du boulot de se farcir du Gnathoncuscus...
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

Avatar du membre
Prinobius
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 2 juillet 2008, 12:45
Localisation : Suisse, Genève

cavité

Message par Prinobius »

J'aime bien ce post, je me demande si je ne vais pas faire de même avec la cavité à Trox :mrgreen:
@+ Philippe

Avatar du membre
Piezo
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Audierne
Contact :

cavité

Message par Piezo »

Tiens, voilà un Dendrophile ponctué de la susdite cavité

Image
Piezo : France : Boullay-lès-Troux : 91093 : 12/02/2015
Altitude : NR - Taille : 3,0 mm
Réf. : 146624

C'est pas moi que j'lai préparé, c'est Emile Sabord (même que moi j'aurai complètement sorti les tarses)
PieZo 8-O
Ici normalement, une citation bien pédante me permet d'étaler mon inculture...

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

cavité

Message par SECQ Michel »

Sublimissime ce cliché :0024: , merci Piezo.
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

cavité

Message par Mille sabords »

Quelques nouvelles du terreau mis en élevage.
en juin : quelques Margarinotus merdarius, 2 Trox perrisi et 3 Prionychus ater dont voici une photo de cette dernière espèce :

Image
Piezo : France : Boullay lès Troux : 91470 : 01/07/2011
Altitude : NR - Taille : 14 mm
Réf. : 149441

En juillet aout septembre : nombreux Dorcus parallelepipedus et Cetonia aurata et 1 Potosia cuprea.

Rien de fantastique donc et surtout aucun Elatérides alors que les larves du type de cette famille sont encore bien vivantes quand je gratte un peu le terreau. Faut-il être plus patient (une nouvelle année) ou il manque quelque chose pour qu'elles se développent complètement ?

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Coléoptères »