Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

Difficulté de connexion, pas de bouton réponse : utilisez CE LIEN pour vous connecter

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Qu'elles soient terrestres, amphibies ou aquatiques, toutes les punaises se donnent rendez-vous ici.

Animateurs : guillaume, lauzette, Fraf

Sujet précédentSujet suivant
Lagides
Membre
Enregistré le : mercredi 26 octobre 2011, 13:20
Localisation : Dijon

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Lagides »

Bonjour !


J'ai photographié ces deux punaises rouges dans le premier arrondissement de Lyon en janvier 2021.
Ils ont été trouvés sous une écorce de platane.
Sont-ce bien des Arocatus roeselii ?
L'araignée dans la loge est une Porrhoclubiona leucaspis et l'autre hémiptère est un Corythucha ciliata.



Image
Florian ALONSO : France : Lyon : 69001 : 11/01/2021
Altitude : NR - Taille : non mesuré
Réf. : 276191
La curiosité est un devoir : celui de savoir
Avatar du membre
Fraf
Animateur
Enregistré le : lundi 24 août 2009, 10:31
Localisation : Nice (06)

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Fraf »

:bienvu: :0024:

:arrow: Arocatus roeselii (Schilling, 1829)
Lagides
Membre
Enregistré le : mercredi 26 octobre 2011, 13:20
Localisation : Dijon

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Lagides »

Elle n'a pas l'air très commune, pourtant on en a trouvé pleins sous les écorces de platanes !
Merci !
La curiosité est un devoir : celui de savoir
Avatar du membre
Fraf
Animateur
Enregistré le : lundi 24 août 2009, 10:31
Localisation : Nice (06)

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Fraf »

Elle est extrêmement commune.
Lagides
Membre
Enregistré le : mercredi 26 octobre 2011, 13:20
Localisation : Dijon

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Lagides »

Comme je ne voyais pas beaucoup de photos en galerie et que sur l'INPN il n'y a que 63 données de répartitions, je me suis laissé penser ça...
La curiosité est un devoir : celui de savoir
Avatar du membre
Fraf
Animateur
Enregistré le : lundi 24 août 2009, 10:31
Localisation : Nice (06)

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Fraf »

Elle est largement confondue avec A. longiceps, du coup on a beaucoup de données non traitées à l'espèce. Mais c'est une espèce très commune.
Lagides
Membre
Enregistré le : mercredi 26 octobre 2011, 13:20
Localisation : Dijon

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Lagides »

Je comprends mieux !
La curiosité est un devoir : celui de savoir
Avatar du membre
ouran
Modératrice
Enregistré le : lundi 29 octobre 2007, 12:19
Localisation : Liesle (25)

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par ouran »

J'ai manifestement loupé les dernières évolutions autour des Arocatus je vais chercher ça 8-O
MM

Même les punaises ? Surtout les punaises !
Avatar du membre
Fraf
Animateur
Enregistré le : lundi 24 août 2009, 10:31
Localisation : Nice (06)

[Arocatus roeselii] Arocatus roeselii ?

Message par Fraf »

J'ai fait un résumé quelque part, je ne sais plus sur quel sujet. Il faudrait que j'en fasse un sujet à part.

Pour résumer : pour Carayon, découverte de roesellii sur platane, en France, à Nice.
pour Hoffman, découverte de longiceps sur platane en Allemagne, à Franfort.

Par la suite, découverte d'Arocatus sur platane ailleurs en Allemagne, puis en Alsace, en Angleterre, et un peu partout en Europe. Pas de différence notable entre les "longiceps" d'Hoffman et les "roesellii" de Carayon. Hypothèse d'Hoffmann : et si Carayon s'était trompé dans sa détermination ? Hypothèse tout à fait recevable, il est vrai. Mais il en existe une autre, qui n'a pas été considérée : et si Hoffmann s'était trompé dans la sienne ?

"Grosse" étude comparative qui compare les Arocatus alsaciens, puis anglais, aux "longiceps" de Francfort, et qui ne trouve aucune différence. Conclusion de l'étude : tous les Arocatus d'Europe occidentale du platane appartiennent à la même espèce, et sont des longiceps. La distinction entre les deux espèces ne peut se faire que sur la plante-hôte.
Et, dans l'intervalle, deux grosses études génétiques, qui ont intégré les "longiceps" de Francfort, n'ont trouvé aucune différence génétique entre les deux espèces, et tendent à conclure à la conspécificité. Donc à la mise en synonymie de longiceps avec roeselii !

Dans le même temps, grosse monographie du genre par Gao & al., qui, eux, prennent la peine d'étudier les types. Pour rappel, longiceps est une espèce décrite d'Europe orientale, et Hoffman n'a jamais fait mention d'une étude du type...
Gao & al. trouvent des différences notamment dans la forme du pygophore, concluent qu'il s'agit d'espèces bien distinctes, et ne comprennent pas comment les européens peuvent se tromper... Bref, on passe bien pour des...

Mon point de vue :
- il est très difficile de distinguer plante-hôte et plante-refuge, lorsque les deux espèce (aulne et platane) cohabitent, comme c'est le cas à Nice (probablement la population originellement décrite par Carayon).
- la longueur du rostre est un critère qui, à mon humble avis, peut passer à la poubelle. La coloration aussi. Je dispose, par exemple, d'une petite série que je dois avoir en photo quelque part, de cinq mâles montrant un spectre presque continu depuis un "roeselii" typique (rostre atteignant à peine les mesocoxae) à un "longiceps" typique (rostre dépassant largement les metacoxae).
Pour rappel, voir l'étude sur la modification de la longueur du rostre chez Jadera haematolomea, avec le passage de Cardiospermum à Keolreuteria, aux fruits plus petits, ayant entraîné un raccourcissement du rostre sur les populations ayant colonisé cette espèce. Si on considère un hypothétique roeselii du platane, on peut s'attendre à ce que l'évolution entraîne une modification de la longueur du rostre chez ces populations (le fruit du platane est plus gros que celui de l'aulne...), pour converger vers celle de longiceps qui, lui, vit sur platane... Du coup, le critère de la longueur du rostre pour distinguer un longiceps (du platane) d'un potentiel roeselii du platane aussi perd tout son sens...
Sur photo, je n'utilise que le critère de la forme de la tête (ratio longueur / largeur).

Pour la suite, il faut comparer les pygophores des deux populations, rechercher des spécimens sur les deux arbres, et en été, histoire de considérer la plante-hôte, et non pas la plante-refuge, et effectuer certaines mesures statistiques pour déterminer si les populations qui envahissent nos villes appartiennent à l'une, l'autre, les deux, ou une troisième espèce. Et là, la crise sanitaire m'a tenu trop longtemps éloigné du labo et du terrain pour que ça avance, mais... on va bien y arriver un jour.
Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Hétéroptères »