Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Guêpes, abeilles, fourmis... ces insectes qu'ils soient solitaires ou sociaux sont toujours autant sources d'observations...

Animateur : Sarcophage77

Avatar du membre
gudbuche
Membre
Enregistré le : mardi 8 décembre 2009, 17:44
Localisation : Val de marne
Contact :

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par gudbuche »

:0024:
Merci pour lui.
Le grémil pourpre-bleu préfère l'orée des bois

Balises :

Natnono
Membre
Enregistré le : dimanche 2 juin 2019, 19:23
Localisation : 49

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par Natnono »

Merci pour la lecture des pages de J.H. Fabre, c'est effectivement bien écrit, accessible, fluide, et intéressant.

Je précise que j'oriente mes photos en mettant en haut ce qui doit être en haut, et qu'effectivement, les ouvertures des nids sont légèrement vers le haut du cadre qui leur sert de support. Hier soir nous étions à 16 urnes : d'après ce que dit J.H. Fabre, je crois que je suis tombée sur une femelle fabuleusement prolifère!

Il faut croire que le scéliphron s'est adapté aux maisons modernes sans cheminée ; je ne pense pas non plus que ma chambre atteigne les 40 degrés. Mais la poterie restera en effet au sec.

Je confirme que l'insecte n'est pas très gêné par nos présences. Si je suis sur mon lit, c'est comme si je n'était pas là. Elle panique un peu quand on est debout dans la salle, faisant deux ou trois grands tours, avant de finalement retourner à son nid. Le pire c'est lorsque je suis à 30 cm du cadre avec mon appareil photo. Elle repart immédiatement, mais revient tout de suite et entre par son côté de cadre habituel.

Hier, la fenêtre de notre chambre était peu ouverte, elle a dû avoir du mal à rentrer. Je l'ai retrouvée dans la salle de bain : elle avait trouvé une autre entrée dans la maison, par un autre velux, mais trouvant aussi notre porte de chambre fermée, elle a dû errer quelques temps dans l'étage avant que je ne la repère et la libère.

Je l'ai enregistrée en train de travailler; peut-on poster des fichiers sons sur le site? Ca m'a permis de noter qu'elle façonne l'urne par tranches de 40 à 50 secondes.

A vrai dire, je n'ai guère hâte de voir la "protubérance informe" de "l'enduit défensif" avec lequel la maman va finaliser l'arrière de mon cadre... mais maintenant, je vais aller jusqu'au bout! A quand les naissances?

Avatar du membre
gudbuche
Membre
Enregistré le : mardi 8 décembre 2009, 17:44
Localisation : Val de marne
Contact :

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par gudbuche »

Oui ça serait bien qu'on l'entende, la potière.
Une vidéo nous donnerait du son en même temps
mais un fichier audio tout seul, je ne sais pas comment faire. Tu l'enregistrerais sur quoi ?

Au fait...c'est peut-être le côté le moins glamour de l'histoire mais tu as pu voir les proies qu'elle met dans ses pots ?
Le grémil pourpre-bleu préfère l'orée des bois

Avatar du membre
Patrick_B
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Cébazat, Puy-de-Dôme

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par Patrick_B »

Fabre ne connaissait pas Sceliphron curvatum. Les Nids dont il parle sont ceux des espèces indigènes, en particulier spirifex, naguère le plus fréquent et abondant.
Un nid de spirifex, ça ferait effectivement du dégât au papier peint : C'est une grosse masse informe de boue séchée, car chaque urne est totalement liée aux voisines et le tout est largement recouvert d'une bonne couche de mortier.
L'aspect qu'on voit ici est typique du sous-genre auquel appartient curvatum (ce sous-genre était naguère Hensenia, il semble qu'actuellement le bon nom est Prosceliphron)
Pour l’instant, curvatum est la seule espèce de ce sous-genre en France. Les nids sont (comme ici), des urnes bien séparées, qui ne laisseront pas trop de marques.
Les deux espèces allogènes craignent encore moins l'homme que nos espèces indigènes : Ces dernières affectionnent les bâtis humain, mais nichent rarement dans les pièces où l'activité humaine est relativement constante.
NB : L'autre espèce allochtone (caementarium), fait des nids en général moins massifs que ceux de spirifex, mais les urnes sont là-aussi, reliées par un enduit commun, sous lequel on distingue vaguement la forme des urnes.

Avatar du membre
Patrick_B
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Cébazat, Puy-de-Dôme

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par Patrick_B »

Pour l'histoire du sous-genre : Ne pas se casser la tête avec ça, car apparemment il n'y a plus de sous-genre admis pour le genre Sceliphron, même si des caractères anatomiques ainsi que la construction des nids ont fait que Bitsch avait suivi Pagliano (1990) pour admettre le sous-genre Hensenia, plus ou moins synonyme de Prosceliphron, plus ancien, mais exhumé par certains.
Personnellement, je trouvais une certaine logique dans l'usage de ce sous-genbre (quel que soit le nom qu’on lui donne)
Bref, les querelles de taxinomistes sont interminables et font perdre un temps considérable sur celui que l'on peut consacrer à l'émerveillement de l’observation et à la connaissance réelle des bestioles.

Avatar du membre
jules d'oc
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juin 2007, 18:08
Localisation : BEZIERS

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par jules d'oc »

Observation captivante !
Quant à la dynamique des populations elle ne saurait être superposable à celle de nos espèces indigènes ; mes investigations minutieuses à Castelnau-Le-Lez (34) et à Marvejols (48) m'ont permis d'évoquer au moins une génération intermédiaire : en lisière du Gévaudan les Guêpes actives en juin résulteraient de nidifications établies entre la mi-août et la mi-septembre (celles destinées à franchir le cap de l'hiver, ce qui n'est probablement pas le cas en secteur thermophile .
Les Guêpes actives en mai-juin sur le territoire de Castelnau en pleine garrigue pourraient fort bien conduire à une génération hâtive qui à son tour assurerait sa descendance par des nidifications tardives telles que nous les connaissons ?
bien sûr je ne saurai en apporter des preuves irréfutables ; par contre j'ai pu établir que l'oeuf était bel et bien déposé sur la première Araignée emmagasinée . Comme l'indique J.-H. Fabre la consommation des vivres débute au fond de la cellule et se poursuit jusqu'à l'obturation .
Cela relève du bon sens éthologique et mes documents photographiques glanés non sans difficulté en sont la démonstration, mais pour les retrouver il me faudrait beaucoup de patience !
jules

Natnono
Membre
Enregistré le : dimanche 2 juin 2019, 19:23
Localisation : 49

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par Natnono »

L'enregistrement sonore est un bête MP4 de 50 secondes. Je peux l'envoyer par mail, si vous m'en donnez un (les icônes au-dessus du cadre de textes ne semble pas proposer d'option "sons").
Pas de photo de l'intérieur des urnes, mais je vais essayer, en manoeuvrant entre les allers et venues de la maman. Pas gagné! Il faut que je sois là au bon moment d'une part, et l'exiguïté des urnes, leur profondeur et leur obscurité seront de gros obstacles. Et je ne compte pas découper le nid...

Natnono
Membre
Enregistré le : dimanche 2 juin 2019, 19:23
Localisation : 49

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par Natnono »

Bonjour, pour entendre le son du sceliphron lorsqu'elle construit. Il suffirait de copier le lien:
https://drive.google.com/file/d/1E-AFgr ... sp=sharing
Prévenez-moi si ça ne fonctionne pas.

Natnono
Membre
Enregistré le : dimanche 2 juin 2019, 19:23
Localisation : 49

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par Natnono »

Et je précise que l'enregistrement fait entendre un peu de souffle et un léger "toc toc" qui ne proviennent pas de l'animal mais plutôt de mes doigts sur le téléphone... :cry:

Avatar du membre
gudbuche
Membre
Enregistré le : mardi 8 décembre 2009, 17:44
Localisation : Val de marne
Contact :

[Sceliphron curvatum F] Quelle tête de lit!

Message par gudbuche »

Ah ouais bien... ça marche !
On l'entend, la bétonnière.

Je me souviens d'une femelle crabronide, Ectemnius je crois.
Elle s'était égarée dans notre cuisine.
Cela m'avait surpris quand je me suis approché pour la photographier,
posée, immobile sur une étagère, elle émettait un faible zézaiement très aigu et saccadé un peu comme ça.
Je m'étais demandé comment elle produisait ce son.
Le grémil pourpre-bleu préfère l'orée des bois

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Apocrites »