Les messageries de Microsoft : Outlook, Live et Hotmail refusent les courriels provenant de insecte.org
Il nous est donc impossible de vous répondre si vous utilisez ces messageries.
Les notifications du forum (par exemple en cas de surveillance de sujet) sont aussi bloquées.

[Forda formicaria] Dans la série ... galles

Un puceron, une cicadelle ou une cigale... point commun ? Un rostre piqueur-suceur et l'appartenance au super-ordre des Hémiptères !

Animateur : Vinz

Avatar du membre
Melipone
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : 78 Yvelines - Ile de France

[Forda formicaria] Dans la série ... galles

Message par Melipone » lundi 31 janvier 2005, 22:00

BobGaïa, il me semble que l'on avait parlé de lancer un sujet "galles en stock" :wink:

On commence avec celle-ci, qui est un peu floue... :oops: bah, c'est mon stock à moi :lol:

Mais je crois que l'on peut tout de même jouer avec !

Alors, "qui fait ça à quoi"... dans le sud du 07, par exemple ?

Image
Melipone : France : Roche Colombe : 07 : 00/00/0000
Altitude non renseignée - Taille : 2cm
Réf. : 1092

Balises :

Avatar du membre
Simon
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Montpellier
Contact :

Dois-je répondre?

Message par Simon » mardi 1 février 2005, 10:07

C'est une devinette ou une question sérieuse???

Parce que j'ai failli répondre directement... mais si c'est une devinette, c'est pas drôle de donner la réponse desuite :wink: .

En attendant, je vais me renseigner sur la vie particulière de cette bestiole!

Simon.

Avatar du membre
Melipone
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : 78 Yvelines - Ile de France

Dois-tu répondre ? Oui et non... enfin oui !

Message par Melipone » mardi 1 février 2005, 11:07

Simon a écrit :C'est une devinette ou une question sérieuse???
Ben Simon, c'est ... une devinette sérieuse ! C'est un post ouvert pour faire le tour des galles que nous avons tous en réserve ... (je sais que BogGaïa et Arthropa en ont plein 8) en attendant que les petites bêtes ne ressortent :wink:

Simon a écrit :En attendant, je vais me renseigner sur la vie particulière de cette bestiole!
Ben ça c'est une très bonne idée... comme ça tu vas pouvoir nous raconter plein de choses :wink:


En attendant que les foules se précipitent pour identifier plante et galle...

et pour l'anecdote, on appelle cet arbuste un "pételin" ... et "Alastor qui est du coin" et qui adore les noms vernaculaires :lol: va pouvoir nous expliquer pourquoi :wink:

Avatar du membre
DPascal
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : 59 Nord

Message par DPascal » mardi 1 février 2005, 14:07

On dirait une galle de puceron lanigère.

Avatar du membre
Bobgaia
The Bob
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : 17
Contact :

Message par Bobgaia » mardi 1 février 2005, 23:37

j'ai trouvé ça

Avatar du membre
Bobgaia
The Bob
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : 17
Contact :

Message par Bobgaia » mardi 1 février 2005, 23:54

mais rien sur Aphis pistaciae..en cherchant des images de pistaciae sur Google, ça donne Baizongia pistaciae, Homoptère Eriosomatidae....voilà.. :wink:

Avatar du membre
Simon
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Montpellier
Contact :

Accrochez vous...

Message par Simon » mercredi 2 février 2005, 9:58

Bon il est temps que j'intervienne sinon, je n'aurais plus rien à dire :wink: !!

Comme l'a dit DPascal et Bobgaia, cette jolie galle est le fruit d'une petite bestiole si anodine qu'on n'y prête jamais attention : un puceron (ou plutôt des pucerons). En l'occurrence, cette galle sur pistachier ne peut être que le produit de "Baizongia pistaceae" appartenant à la famille des Aphididae. (Je n'ai pas trouvé le nom vernaculaire du puceron mais doit pas être bien compliqué à deviner… ça doit être le seul puceron sur pistachier... mais je ne préfère pas l'inventer comme dirait l'autre).

Comme promis, j'ai fait une petite enquête sur les mœurs de c'te bestiole… ben c'est pas gagné :? !!

Donc je vous livre le fruit de mes recherches mais les informations que j'ai écrites sont sous réserve de ma bonne compréhension des choses (notamment à partir de documents anglais, donc…). Et puis surtout du manque d'information concernant précisément cette espèce (j'ai un peu extrapolé à partir d'autres espèces plus étudiés car porteuses de virus en agriculture). Donc ce sont justes des informations pour avoir une idée d'ensemble.


Déjà il faut savoir que le cycle de vie des pucerons est très complexe, d'autant plus complexe qu'il est différent pour chaque espèce et qu'il peut être différent pour une même espèce en fonction des conditions du milieu dans lequel se trouve le puceron (climatiques, …).

Notamment, on distingue plusieurs types de cycles biologiques en fonction de la plante hôte :
- Les pucerons qui se développent sur une seule espèce végétale sont dits monoéciques.
- Ceux migrant au cours de leur cycle entre plusieurs espèces végétales sont appelés diéciques.
Notre puceron fait partie de la deuxième catégorie : il commence son cycle sur le pistachier (hôte primaire) et finit sur graminées (hôte secondaire).

Ensuite il y a différents types de reproduction chez ces petites bêtes :
- Les cycles biologiques qui ne présentent que des générations parthénogénétiques (c'est-à-dire que la reproduction se fait sans fécondation). Les femelles se reproduisant ainsi sont le plus souvent vivipares (donnent naissances à des larves directement capables de se mouvoir et de se nourrir). Ce cycle appelé anholocycle se trouve souvent en région tropicale où il n'y a pas de saison d'hivernage qui nécessite le stade «œuf».
- Les cycles biologiques au cours desquels il y a une ou plusieurs générations parthénogénétiques puis une génération amphisexuelle. Cette dernière génération est composée de femelles qui après fécondation (avec un mâle) pondent un œuf (donc femelle ovipare). Ce cycle est dit holocycle.
- Et enfin un mélange des deux : Les cycles biologiques où des femelles parthénogénétiques produisent en quantité variable des mâles capables de féconder les femelles sexuées issues d'autres clones asexués. Ce phénomène est appelé l'androcyclie.

Bref à titre indicatif, notre super galle est produite par un puceron holocyclique diécique. :D
J’ai tenté de faire un résumé de sa petite vie (c'est là que ça se complique) :? :

En automne, une femelle pond un œuf sur un pistachier (plante hôte primaire). Au printemps suivant, de cet œuf sort une larve (de la même forme que l’adulte soit dit en passant) qui va grandir (au moins 4 mues) jusqu’à devenir un puceron femelle adulte et aptère appelée femelle fondatrice.
Lors de son alimentation, ce puceron injecte de la salive qui fait réagir les tissus de la plante de tel sorte qu'ils poussent suivant une forme spéciale, créant une galle.
Donc arrivé à maturité, cette femelle se reproduit de façon parthénogénétique, à raison de plusieurs larves par jour. Larves qui vont grandir et se reproduire de la même façon d'où une très grande capacité de reproduction. Toujours en s'alimentant, les pucerons continuent à favoriser la croissance de la galle qui peut ainsi accueillir de plus en plus d'individus. Il est à noter qu'à ce stade tous les pucerons sont des femelles virginipares appelées fondatrigènes (et clones de la fondatrice)!
Puis, arrive un moment où des formes aptères apparaissent (à telle génération ou à cause du climat ?? chais pas) jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que ça. En été, la galle arrive à son maximum (~dizaine de centimètres) et laisse partir ~10 000 pucerons ailés femelles qui vont coloniser une seconde plante (hôte secondaire). En l'occurrence pour ce puceron, il s’agit de diverses graminées (Agrostis, Dactylis, Festuca, Poa). Les pucerons se nourrissent sur les racines de cette seconde plante hôte et sont assistés par des fourmis (plus précisément Lasius flavus). Plusieurs générations de femelles parthénogénétiques vivipares se succèdent sur les plantes hôte secondaire. Quand l'automne arrive, des femelles sexupares apparaissent : elles produisent des mâles et des femelles ailés qui retournent sur la plante hôte primaire pour y pondre un œuf. Et la boucle et bouclée.

Il est à noter que cette espèce est holocyclique dans les régions méditerranéennes mais anholocyclique en Europe centrale et du nord… ne me demandez pas pourquoi!! :? Les pucerons anholocycliques passent l'hiver dans la fourmilière (si j’ai bien compris!).

Ceci dit, ces informations sont à coup sûr incomplètes et très certainement erronées. J’ai notamment cru comprendre qu’en région méditerranéenne cette espèce boucle son cycle en deux ans (ce qui impliquerais un hivernage à l’état adulte soit dans une fourmilière soit dans une galle).

Donc si il y a des personnes qui ont plus d'informations, qu'ils ne se gènent pas à me reprendre.

Avatar du membre
Patrick_B
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Cébazat, Puy-de-Dôme

Message par Patrick_B » mercredi 2 février 2005, 10:52

Hier, PC planté, reformatage et la suite...
J'avais vu cette question et j'y reviens aujourd'hui..
Simon a tout dit.
Histoire de mettre moi aussi mon grain de sel, un peu de botanique et un peu d'Occitan.

Pistachier thérebinthe: Pistachia terebenthus
Languedocien: Pudis
Provençal: Térébinta ou Pételin
Catalan: Festuc
Les feuilles de 5 à 9 folioles on une foliole terminale impaire.

Pistachier lentisque ou Lentisque: Pistachia lentiscus.
languedocie: Lentiscle , Restringue, Restincle
(d'ou le toponyme: Restinclière)
Catalan: llampadona
je ne connais pas le nom provençal.
les feuilles en sont caduques, à folioles paires.

Ces deux espèces peuvent s'hybrider.

Bon, je retourne fignoler mon PC

Avatar du membre
alastor
Animateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Aubagne
Contact :

Message par alastor » mercredi 2 février 2005, 12:34

Nom provençal de Lentisque : Lentiscle
(c'est tout simple, il suffisait d'y penser :wink: )

Le provençal, c'est plus ou moins le gallo-romain, la provence ayant été la première province (la Provincia devenu Provence en langue d'Oil, comme romaine est devenu romane par ex.) hors du territoire de Rome.

A ce titre, le provençal est vraiment l'ancètre du français après addition d'un peu de germain (n'oubliez pas que les Francs était un peuple germanique !)

C'est pour celà également que le provençal est plus proche du latin que l'italien qui est un aglomérat de nombreux dialectes, l'unité de l'italie étant très récente.
« Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. » Albert Einstein

Avatar du membre
Entomofou
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Saint Agnant de Versillat (23)
Contact :

Message par Entomofou » mercredi 2 février 2005, 13:00

Ouah! On en apprend tous les jours!
En tout cas, merci pour cette plongée en Provence.
Vertue pédagogique: on est bien content que les noms latins existent (Merci m'sieur Linnaeus!), sinon, le parisien que je suis resterait bien perplexe :oops: devant la recherche de galles sur les pételins de Provence :D

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Homoptères »