Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

[Gnathoncus communis] le début de la fin du problème

Vous avez trouvé un coléoptère dont vous ne connaissez pas le nom ? Vous avez fait une observation intéressante ?

Animateur : Lysbeth d'Alys

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

[Gnathoncus sp.] le début de la fin du problème

Message par SECQ Michel »

Voilà Mille sabords,
La description de Gnathoncus punctator par REICHARDT 1941 ne correspond pas à la description du Gnathoncus punctator Reitter, 1896,
dans ce cas il y a homonymie avec deux espèces différentes. STOCKMANN (1957) a établi la synonymie : G. punctator Reichardt, 1941 est syn. de G. communis.
Pour bien faire, il faut que tu examines les imagos pour déjà bien reconnaître chaque espèce sans l'édéage, l'ouvrage de Pierpaolo VIENNA est bien à consulter.
Maintenant, chaque ouvrage possède qualités et défauts, il faut savoir faire avec...
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

Balises :

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

[Gnathoncus sp.] le début de la fin du problème

Message par Mille sabords »

Voici la bete que j'avais determiner rotundatus mais qui est en fait G. commnunis.

Image
Mille Sabords : France : Boullay les troux : 91470 : 01/02/2015
Altitude : NR - Taille : 3 mm
Réf. : 159012

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

[Gnathoncus sp.] le début de la fin du problème

Message par Mille sabords »

Et pour les édéages, la planche corrigée et complétée.

Image
Mille Sabords : France : Boullay les troux : 91470 : 01/02/2015
Altitude : NR - Taille : voir traits
Réf. : 159014

Si quelqu'un a du rotundatus mâle en trop, je pourrais compléter la planche.
Même requête pour la dernière espèce, nidorum, mais elle est apparemment beaucoup plus rare et localisée.

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

[Gnathoncus sp.] le début de la fin du problème

Message par SECQ Michel »

Je confirme l'identification pour l'avant dernier cliché Réf. 159012 : Gnathoncus communis (Marseul, 1862).
Concernant G. nidorum, l'espèce est jusqu'a présent rarissime !
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

Avatar du membre
Zétrik
Admin-galerie
Enregistré le : jeudi 30 juin 2005, 10:28
Localisation : Hérault
Contact :

[Gnathoncus sp.] le début de la fin du problème

Message par Zétrik »

Salut, du coup je remplace en galerie le cliché précédent présentant les édéages par celui-ci.
Zzz...

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

[Gnathoncus sp.] le début de la fin du problème

Message par SECQ Michel »

Oui Cédric, il est préférable de supprimer de la galerie les Réf. 141799, 141910 et 143547 !
Pour la dernière planche Réf. 159014, j'ai comparé l'édéage mâle de G. communis : OK c'est bon
(l'édéage de G. rotundatus Kug. est moins grêle).
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

[Gnathoncus communis] le début de la fin du problème

Message par Mille sabords »

Et voici la fin du début de la fin du problème :
Image
Mille Sabords : France : dfivers : 00000 : 01/05/2016
Altitude : NR - Taille : voir echelle
Réf. : 161873
buyssoni, nannetensis et communis sont Boullaysien (Boullay lès Troux 91470) et pris récemment (2013 à 2015), les déterminations ont été vérifiées par Nicolas Dégallier (et communis confirmé aussi par Michel Secq dans ce post). Le rotundatus vient de la collection N. Dégallier (Isère sans date pris par V. Planet il y a certainement assez longtemps) et a été déterminé par Michel Secq au siècle dernier (1992 pour être précis). Pour la cinquième espèce française, nidorum, et comme je n'aurais certainement jamais l'occasion de faire une photo, j'ai mis le dessin de Stockman.
Les édéages de rotundatus et nannetensis sont très proches mais il y a quelques différences, de face rotundatus est resserré plus tôt et de profil, il y a chez rotundatus un petit bourrelet à la base. C'est 2 caractères sont aussi présents sur les dessins de Stockman et doivent donc être assez constant. Malheureusement, la pièce interne de l'édéage du rotundatus est évaginée et ont distingue mal ses contours. Dans le doute, ces 2 espèces sont a priori faciles à distinguer par la couleur du scape, noir chez nannetensis, brun rougeâtre chez rotundatus.
L'édéage de nidorum à un profil très spéficique et une photo n'apporterait certainement pas grand chose.

Avatar du membre
SECQ Michel
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 8 janvier 2014, 21:30
Localisation : Dordogne, Montcaret
Contact :

[Gnathoncus communis] le début de la fin du problème

Message par SECQ Michel »

Maître Mille sabords, je n'ai absolument rien à redire sur tes dernières remarques, au nom de Michel (du siècle dernier!) c'est du bon boulot :0024:
Pour certifier tout ça, j'ai vérifié dans ma collection et c'est conforme à ce que je pense, c'est parfait pour obtenir une identification et comme un tableau des espèce est aussi nécessaire, je reprends mon tableau du forum pour le mettre ici.

Genre Gnathoncus Jacquelin du Val, 1857 de la faune de France (SECQ en préparation)
1 (4). –Dans la région apicale des élytres, les points ont des intervalles quasiment lisses.
2 (3). –Ponctuation du pygidium rond. Corps et scape noir, tibias brun. (2,2-3,5 mm)................................................................nannetensis (Marseul, 1862)
3 (2). –Ponctuation du pygidium transversale, les points sont étirés et forment parfois des rangés transversales. Corps brun foncé à brun clair,
tibias rougeâtre à brun clair, scape brun rougeâtre. (la var. subsuturalis Reitter désigne des spécimens dont la strie suturale atteint la moitié de la longueur de l’élytre). (1,8-2,8 mm)............................................................................................................................................rotundatus (Kugelann, 1792)
4 (1). –Dans la région apicale des élytres, les points ont des intervalles rugueux comprenant des plis ou des ridules.
5 (10). –Ponctuation du pygidium arrondi ou ovale, présentant une abondante micro-sculpture dans les intervalles.
6 (7). –Strie suturale courte, 1/10e à 1/6e de la longueur de l’élytre, le plus souvent réduite à un court crochet scutellaire (dans la var. Auzati Pic, la strie suturale atteint la moitié de la longueur de l’élytre). Ponctuation de l’élytre assez petite et délicate. Corps brun et tibias rougeâtre. (1,7-2,8 mm)...communis (Marseul, 1862)
7 (6). –Strie suturale assez longues, 1/3 à 1/2 de la longueur de l’élytre. Ponctuation de l’élytre assez large et grossière. Corps noir et tibias brun rougeâtre.
8 (9). –Tibias antérieurs assez étroits, marge externe munie de denticules bien développés. (2,1-2,9 mm)...........................................buyssoni Auzat, 1917
9 (8). –Tibias antérieurs large, marge externe munie de denticules peu accusés.
10 (5). –Ponctuation du pygidium étirée transversalement, parfois confluente, présentant une micro-sculpture dans les intervalles peu développée. (1,6-2,8 mm)
..........................................................................................................................................................................nidorum Stockmann, 1957

Maintenant, pour aller plus loin dans la fin du problème, tu peux photographier la partie ventrale du 8e urosternite a condition que le segment soit intact !
Bravo pour tes investigations sur ce genre, maintenant il y a au moins une personne de plus en France qui s'y retrouve :D
"je m'étais senti un goût prononcé pour l'étude de cette famille et je m'en occupais avec prédilection" (S.-A. de MARSEUL 1853 : 131, Essai monographique des Histérides)

vanderbergh
Membre confirmé
Enregistré le : vendredi 12 août 2005, 14:39
Localisation : Orne

[Gnathoncus communis] le début de la fin du problème

Message par vanderbergh »

:bienvu: :0024: :0024: :0024:

Avatar du membre
Mille sabords
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 3 septembre 2013, 12:01
Localisation : Ile de France

[Gnathoncus communis] le début de la fin du problème

Message par Mille sabords »

Merci messieurs
SECQ Michel a écrit :Maintenant, pour aller plus loin dans la fin du problème, tu peux photographier la partie ventrale du 8e urosternite a condition que le segment soit intact !
Le 8e urosternite, c'est pas trop mon truc pour le moment. Je vais attendre un peu.

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Coléoptères »