[Ischnura elegans]Tout frais

Libellules, agrions et autres demoiselles...

Animateurs : tioneb, Nervous breakdown

Avatar du membre
tioneb
Animateur
Enregistré le : dimanche 3 juin 2007, 6:14
Localisation : Beaupréau, Maine et Loire, 49
Contact :

[Ischnura elegans]Tout frais

Message par tioneb » vendredi 12 octobre 2018, 13:28

Voilà ce que j'a trouvé ce midi sur mon bassin! Je ne voyais plus cette espèce depuis 15 jours ou 3 semaines.
Ce midi il y avait aussi un couple et un mâle S. striolatum.

Image
Benoit Guillon : France : BEAUPREAU EN MAUGES : 49600 : 12/10/2018
Altitude : 97 m - Taille : 32 mm
Réf. : 216659
Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on n'est pas surpris de penser ce qu'on pense.

Balises :

dom73
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juillet 2011, 12:35
Localisation : Savoie
Contact :

Tout frais

Message par dom73 » vendredi 12 octobre 2018, 14:25

Une troisième génération ?
Dom

Avatar du membre
tioneb
Animateur
Enregistré le : dimanche 3 juin 2007, 6:14
Localisation : Beaupréau, Maine et Loire, 49
Contact :

Tout frais

Message par tioneb » vendredi 12 octobre 2018, 14:59

Ou une deuxième je ne sais pas... quand on aime on ne compte pas.
Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on n'est pas surpris de penser ce qu'on pense.

Avatar du membre
pierr07
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 30 novembre 2008, 12:59
Localisation : Ardèche

Tout frais

Message par pierr07 » vendredi 12 octobre 2018, 16:06

Même pour une deuxième ça fait tard...
Pierre

dom73
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juillet 2011, 12:35
Localisation : Savoie
Contact :

Tout frais

Message par dom73 » vendredi 12 octobre 2018, 18:34

pierr07 a écrit :
vendredi 12 octobre 2018, 16:06
Même pour une deuxième ça fait tard...Pierre
C'est aussi ce que je trouvais, c'est pour ça que j'évoquais une troisième

Est-ce que vous constatez, dans vos obs, les pics de présence qui illustrent le bivoltinisme ou est-ce que les générations se chevauchent sans creux ?
Dom

Avatar du membre
tioneb
Animateur
Enregistré le : dimanche 3 juin 2007, 6:14
Localisation : Beaupréau, Maine et Loire, 49
Contact :

Tout frais

Message par tioneb » vendredi 12 octobre 2018, 18:54

Je ne sais pas si elle est bivoltine dans notre région. Je suppose puisqu'on la la voit d'avril à septembre mais je n'ai jamais remarqué de période ou elle est rare. Je n'y ai surtout jamais fait attention.
Par contre je l'ai remarqué (je ne sais plus en quelle année, il faudrait que je regarde) pour L. sponsa ou j'avais été surpris de retrouver une grosse population quelques semaines après leur quasi disparition, sur l'étang de Péronne (49).
Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on n'est pas surpris de penser ce qu'on pense.

dom73
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 24 juillet 2011, 12:35
Localisation : Savoie
Contact :

Tout frais

Message par dom73 » vendredi 12 octobre 2018, 21:10

Pour info, voici ce que donne l'histogramme de phénologie sur mon site, pour mes données de l'espèce en Savoie
Bien sûr, ça ne représente que 300 données donc pas forcément très significatif
En plus, il peut y avoir aussi des biais liés, par exemple, à ma plus grande fréquentation des sites d'altitude en été
Du coup, il reste aussi à savoir si ça représente vraiment 2 générations ou juste un étalement des émergences, plus tardives en altitude (mais alors, pourquoi ce "trou" en juillet ?)

Image
Dom

Pascal BEZE
Membre
Enregistré le : lundi 15 décembre 2014, 16:28
Localisation : Allier

Tout frais

Message par Pascal BEZE » vendredi 12 octobre 2018, 22:49

dom73 a écrit :
vendredi 12 octobre 2018, 21:10
Pour info, voici ce que donne l'histogramme de phénologie sur mon site, pour mes données de l'espèce en Savoie
Bien sûr, ça ne représente que 300 données donc pas forcément très significatif
En plus, il peut y avoir aussi des biais liés, par exemple, à ma plus grande fréquentation des sites d'altitude en été
Du coup, il reste aussi à savoir si ça représente vraiment 2 générations ou juste un étalement des émergences, plus tardives en altitude (mais alors, pourquoi ce "trou" en juillet ?)

Image
Sur combien d'année, les 300 obs. ???

Avatar du membre
tioneb
Animateur
Enregistré le : dimanche 3 juin 2007, 6:14
Localisation : Beaupréau, Maine et Loire, 49
Contact :

Tout frais

Message par tioneb » samedi 13 octobre 2018, 5:48

J'ai réfléchi au sujet et je me suis dit que la réflexion de Dominique était bien pertinente... finalement :oops: . J'ai essayé de trouver des bases de données sur la phénologie de l'espèce mais comme je ne connais pas précisément la durée de vie ni si les émergences sont localisées dans le temps, il faudrait plutôt des données sur la phénologie non pas des imagos mais des émergences.

L'espèce est considérée "bivoltine dans le sud de son aire de répartition". Mais où est vraiment le début du sud de l'aire :).
En Maine et Loire, les premiers individus issus de ponte de la fin de l'été précédent émergent en début avril (le 7 pour ma "meilleure" date), mais il est impensable que celui-ci ait passé tout l'été sous forme de larve.
Ces premiers individus s'accouplent et pondent assez rapidement ce qui donne certainement lieu à une seconde vague d'émergence car il serait très étonnant que sur un même lieu l'émergence des larves issues de l'été ou de l'automne précédent s'étende jusqu'à fin août, soit sur 4 mois; j'ai en effet des sujets émergents le 30 août en 2010, et une très jeune le 11 septembre 2014.
Je pense donc que l'espèce est bivoltine en Maine et Loire.

Pour savoir si ce sujet est de 3°génération il faudrait connaître la date la plus précoce de l'émergence des sujets de 2° génération. Par exemple j'ai un sujet très jeune, presque émergent le 7 juillet 2007; est-ce un tardif de première génération, produit de l'année précédente (3 mois après les premiers) ou un précoce de la 2° génération :0022: .
Dans le second cas on peut estimer qu'il se sera reproduit avant fin juillet, ce qui dans le cas de mon individu émergent le 12 octobre laisse presque 2 mois et demi à la larve pour se développer.
Et pourquoi pas ?
Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on n'est pas surpris de penser ce qu'on pense.

Avatar du membre
Nervous breakdown
Animateur
Enregistré le : jeudi 4 juin 2015, 13:47
Localisation : Parthenay, Deux Sèvres 79

Tout frais

Message par Nervous breakdown » samedi 13 octobre 2018, 6:40

J'ai la phénologie pour Poitou Charentes, elle fait une belle courbe en cloche avec plusieurs pics entre fin juin et début juillet. Les derniers individus sont normalement vu vers le 15 octobre.

Mais cette année est vraiment exceptionnelle, avec un ensoleillement maximal jusqu'à la fin septembre, des températures élevées. En ce moment, c'est l'ouragan tropical Leslie, le premier si près de l'Europe qui nous envoie des minimales qui dépassent les 15 degrés, et je ne parle pas des maximales...

Si le développement des larves est lié à la température de l'eau, c'est probable qu'il soit accéléré et rende possible des émergences maintenant. Après tout, les marguerites refleurissent :D
Laisse nous t'dire que tu t'prépares des nuits blanches... Des migraines... Des "nervous breakdown", comme on dit de nos jours.
Audiard Les tontons flingueurs

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Odonates »