Description d'espèces sur photographie

Les sujets qui n’ont pas leur place ailleurs et qui méritent d’être conservés.
Sujets qui ne trouvent pas leur place ailleurs et qui doivent être gardés

Ouvrez vos sujets dans “Futile ou temporaire”
ils seront déplacés ici, le cas échéant.
Avatar du membre
alastor
Animateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Aubagne
Contact :

Description d'espèces sur photographie

Message par alastor » mardi 17 janvier 2017, 12:21

La nouvelle mode consistant en la description d'espèces sur photographie a été réfutée par 493 taxonomistes et chercheurs :

https://www.researchgate.net/publicatio ... back_=%201

Voici une traduction (j'espère pas trop approximative) :

La taxonomie photographique est insuffisante, inutile et potentiellement préjudiciable pour les sciences biologiques

Remarque
La question de savoir si les descriptions taxonomiques désignant de nouvelles espèces animales sans spécimen de type déposé dans des collections devraient être acceptées pour publication par des revues scientifiques et autorisées par le Code a déjà été discutée dans Zootaxa (Dubois & Nemésio 2007; Donegan 2008; Dubois 2009, Gentile & Snell 2009, Minelli 2009, Cianferoni et Bartolozzi 2016, Amorim et al., 2016). Cette question a été soulevée dans une lettre par 35 signataires publiés dans la revue Nature (Pape et al., 2016) le 15 septembre 2016. Le 25 septembre 2016, la réfutation suivante (strictement limitée à 300 mots selon les règles éditoriales de Nature) a été soumise à Nature, qui a refusé de le publier le 18 octobre 2016. Comme nous pensons que ce problème est très important pour la taxonomie zoologique, ce texte est publié ici exactement comme soumis à Nature, suivie de la liste des 493 taxonomistes et des chercheurs qui l'ont signée dans le court laps de temps du 20 septembre au 6 octobre 2016.

Correspondance :
En défense d'une description d'espèce sans spécimens conservés, quelques collègues ont récemment fourni des arguments qui pourraient conduire à une utilisation généralisée de la taxonomie photographique (PBT) (Pape et al., 2016). Nous, 493 chercheurs de collection réfutons ces arguments.
L'objectif principal de l'article 73.1.4 du Code - qui tolère la désignation d'espèces décrites à partir d'illustrations - est de permettre la disponibilité nomenclaturale des noms d'espèces établis sans spécimens de référence avant
La maturité de la taxonomie. Cependant, les descriptions modernes ne devraient pas être des preuves matérielles à travers au moins un spécimen de type «musée», portant de nombreux exemplaires qui ne peuvent être vus sur des photographies et permettant l'objectivité, la réplicabilité et la réfutabilité.
La délimitation des espèces est une question de taxonomie et non de nomenclature, mais le travail taxonomique exige qu'un tel échantillon établisse un lien objectif entre un nom et une population naturelle, sans lequel l'attribution du nom reste incertaine.
Les espèces présumées connues seulement à partir de photographies peuvent être désignées par des noms non scientifiques jusqu'à ce que la collecte d'un spécimen permette des descriptions taxonomiques acceptables.
L'examen par les pairs, qui n'est pas exigé par le Code, peut en effet être utile pour les travaux taxonomiques s'il est effectué par des arbitres compétents, mais il s'est révélé à plusieurs reprises insuffisant pour éviter des descriptions erronées. Le PBT favorisera une diffusion de descriptions mal révisées basées sur des "preuves" non vérifiables.
Le PBT est préjudiciable aux domaines de la biologie qui dépendent de la taxonomie: empêcher l'approbation des permis de recueillir - une nuisance forte pour la taxonomie; Nuire à la crédibilité et à l'obstruction des progrès de la taxinomie, car non formés / sans scrupules
Les personnes peuvent facilement inonder les "catalogues" de la vie avec des taxons douteux; Augmentant l'instabilité et l'imprécision, car le manque de spécimens entrave l'examen minutieux.
Le Code doit être réformé pour empêcher que des articles conçus pour traiter des contributions des premiers âges de la taxonomie soient utilisés pour justifier des pratiques dépassées qui peuvent nuire à la science et à la conservation de la biodiversité
« Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. » Albert Einstein

Avatar du membre
Mikkoleop
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 17 octobre 2006, 16:03
Localisation : Le Pecq

Description d'espèces sur photographie

Message par Mikkoleop » mardi 17 janvier 2017, 15:25

493, c'est ballot. Avec 500 signatures, on peut faire beaucoup de choses :wink:
Prendre son courage à deux mains, c'est toujours plus facile, lorsqu'on est ambidextre.

Avatar du membre
pierred
Webmestre galerie
Enregistré le : mercredi 20 avril 2005, 6:58
Localisation : Paris
Contact :

Description d'espèces sur photographie

Message par pierred » mardi 17 janvier 2017, 21:04

D'un autre côté, décrire une sous-espèce de bonobo, pas facile.
Pierre D.

Avatar du membre
Mikkoleop
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 17 octobre 2006, 16:03
Localisation : Le Pecq

Description d'espèces sur photographie

Message par Mikkoleop » mardi 17 janvier 2017, 21:51

Une contribution sérieuse (pour une fois) : j'ai ce-jourd'hui passé pas mal de temps à essayer de différencier Coleoxestia olivieri de Coleoxestia spinifemorata.
Je m'imaginais naïvement que spinifemorata aurait au moins une ébauche d'épine sur au moins deux des six fémurs, quizas quatre, quizas six (on peut toujours rêver).
Mon oeil : sur toutes les photographies présentes sur le Net (et il y en a passablement) pas l'ombre d'une amorce de commencement de début d'embryon d'épine. :mrgreen:
Je me demande franchement, comment au vu des photos on peut différencier les deux espèces.
Le cas est loin d'être isolé!
Prendre son courage à deux mains, c'est toujours plus facile, lorsqu'on est ambidextre.

Avatar du membre
Mikkoleop
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 17 octobre 2006, 16:03
Localisation : Le Pecq

Description d'espèces sur photographie

Message par Mikkoleop » mardi 17 janvier 2017, 22:30

C'était juste pour dire que la description à partir de photos, perso, je n'y crois pas exagérément :0005:
Sauf évidemment dans le cas d'une nouvelle espèce de Bonobos, tu as raison Pierred, mais j'ajouterais quelques conditions: qu'elle ait des poils rouges sur la tête, verts sur les épaules, et jaunes sur les doigts de pied :wink:
Prendre son courage à deux mains, c'est toujours plus facile, lorsqu'on est ambidextre.

Avatar du membre
Saturnin de la Poire
Ron-ron
Enregistré le : mercredi 11 mai 2005, 14:34
Localisation : Troupomey-Les-Deux-Eglises
Contact :

Description d'espèces sur photographie

Message par Saturnin de la Poire » mardi 31 janvier 2017, 13:51

en pareil cas, photoshop est ton ami
Sat'

Si vous pouvez lire ça, c'est que vous êtes trop près

Avatar du membre
entonantes44
Animateur
Enregistré le : dimanche 20 juillet 2014, 21:10
Localisation : Gironde / Charente Maritime

Description d'espèces sur photographie

Message par entonantes44 » mardi 31 janvier 2017, 22:28

Un bon bricoleur vous invente un type et des paratypes tout aussi faux que des images photoshopées :wink:
(voir l'homme de l'homme de Piltdown).
Brendan

Avatar du membre
Mikkoleop
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 17 octobre 2006, 16:03
Localisation : Le Pecq

Description d'espèces sur photographie

Message par Mikkoleop » mercredi 1 février 2017, 8:52

Il est exact que l'homme en question était un drôle de type! :wink:
Prendre son courage à deux mains, c'est toujours plus facile, lorsqu'on est ambidextre.

Avatar du membre
Saturnin de la Poire
Ron-ron
Enregistré le : mercredi 11 mai 2005, 14:34
Localisation : Troupomey-Les-Deux-Eglises
Contact :

Description d'espèces sur photographie

Message par Saturnin de la Poire » lundi 27 février 2017, 11:47

entonantes44 a écrit :
mardi 31 janvier 2017, 22:28
Un bon bricoleur vous invente un type et des paratypes tout aussi faux que des images photoshopées :wink:
(voir l'homme de l'homme de Piltdown).
sur photo ou sur spécimen, il y a toujours le problème de l'honnêteté scientifique qui reste en suspens.
Sat'

Si vous pouvez lire ça, c'est que vous êtes trop près

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Utile à conserver. »