Les messageries de Microsoft : Outlook, Live et Hotmail refusent les courriels provenant de insecte.org
Il nous est donc impossible de vous répondre si vous utilisez ces messageries.
Les notifications du forum (par exemple en cas de surveillance de sujet) sont aussi bloquées.

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

C'est ici que l'on partage ce que l'on connaît à ce sujet.

Animateur : sans animateur

Avatar du membre
ALXNR
Membre
Enregistré le : mardi 20 juillet 2010, 15:04
Localisation : Lot (46)

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par ALXNR » mardi 26 janvier 2016, 21:51

Saturnin de la Poire a écrit : si on veut chasser sur une ZNIEFF, rien besoin de plus que n'importe où ailleurs : l'accord du propriétaire. Qui peut être un CREN.
Déjà on devrait dire "prospecter" et pas chasser : ça peut éviter des malentendus
Yves

Avatar du membre
ALXNR
Membre
Enregistré le : mardi 20 juillet 2010, 15:04
Localisation : Lot (46)

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par ALXNR » mardi 26 janvier 2016, 21:53

znort a écrit :Question: un cren est juridiquement propriétaire foncier des lieux ou simple gestionnaire au nom de l'état d'un patrimoine privé protégé??
Les deux mon Capitaine! Ça dépend.
Yves

Avatar du membre
znort
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 17 octobre 2007, 15:45
Localisation : poitiers

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par znort » mardi 26 janvier 2016, 22:20

ALXNR a écrit :Le passage par l'associatif est une bonne chose de toutes façons. L'entomologiste solitaire dont la seule vocation est de garnir le plus de cartons possible est d'une époque révolue.
Pour autant je reste persuadé que les mésaventures de Vin's ( une dénonciation de la Lpo j'y crois pas!!!) resteront exceptionnelles. Je l'ai déjà dit dans un autre post mais tout cette législation n'a pas pour cible principale les insectes, même si quelques espèces sont concernées marginalement: ce serait par exemple complètement ubuesque de vouloir appliquer à l'entomologiste l'arrêté sur les captures et relâchés d'espèces protégées qui est un texte pensé et écrit pour les ornitho.
La loi sur la biodiversité qui va être adoptée au Sénat ne donne pas d'éclairage particulier : il faudra attendre les décrets d'application...... Et il arrive qu'on les attendent très très longtemps !
En attendant, je suis preneur de toutes vos mésaventures avec l'administration.
Un complément important: la dénonciation par la LPO c'est pas Vin's qui l'a vécu mais moi et c'est incontestable. Ceci dit le grand écart d'interprétation juridique entre l'entomo et le forestier est injustifiable si ce n'est du pragmatisme d'application juridique. Et l'entomo solitaire que tu cibles l'est parfois par par carrence de structure dans sa région. C'est le cas pour la mienne, j'ai du fricoter avec feu la région centre pour rencontrer mes compères.

Karaba
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 14 janvier 2009, 9:52
Localisation : Isère

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par Karaba » mardi 26 janvier 2016, 23:09

ALXNR a écrit : ce serait par exemple complètement ubuesque de vouloir appliquer à l'entomologiste l'arrêté sur les captures et relâchés d'espèces protégées qui est un texte pensé et écrit pour les ornitho.
Pas du tout, le bagage était déjà bien encadré, peut-être pas juridiquement mais scientifiquement et avec la délivrance d'un permis de bagage après formation du MNHN. Pareil ou presque avec les chiro.
Ce texte a été initialement pensé et écrit pour (et par ?) les BE : dans la version soumise à consultation publique, les associations n'étaient même pas citées ! Le problème des BE est de devoir faire des inventaires à des endroits variés et dans un laps de temps court. Le CNPN a été sollicité de nombreuses fois pour des dérogations pour capture mais refusait de donner des (avis positifs pour des) dérogations pour l'ensemble d'une région, uniquement pour des territoires donnés et la procédure était si longue que la dérogation, si elle arrivait, était donnée après la fin des inventaires... La capture avec relâcher sur place ne s'applique pas qu'aux oiseaux mais aussi aux amphibiens, à certains micromammifères, reptiles, odonates, papillons...
Ceci dit, je ne sais où en est l'application de cet arrêté sur les captures avec relâcher immédiat

Avatar du membre
Piezo
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Rambouillet
Contact :

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par Piezo » mercredi 27 janvier 2016, 9:27

Tous les entomologistes de l'OPIE ont cette autorisation pour la région IdF, une par département 8-O
L'arrêté est un texte unique avec une liste de bénéficiaires à la fin (39 dans le cas présent), et ça court pour 3 ans.
Comme je le disais plus haut, ça couvre bien pour les animations pédagogiques (y compris les pièges lumineux) mais pas pour les inventaires.
PieZo 8-O
Ici normalement, une citation bien pédante me permet d'étaler mon inculture...

Avatar du membre
ALXNR
Membre
Enregistré le : mardi 20 juillet 2010, 15:04
Localisation : Lot (46)

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par ALXNR » mercredi 27 janvier 2016, 11:38

Karaba a écrit : Pas du tout, le bagage était déjà bien encadré, peut-être pas juridiquement mais scientifiquement et avec la délivrance d'un permis de bagage après formation du MNHN. Pareil ou presque avec les chiro
C'est tout à fait exact, le texte tel que rédigé a vocation à s'appliquer à toutes les espèces protégées même si les seuls détails mis en annexe ne concernent que le marquage des oiseaux. Mais quelle est véritablement l'intention de l'administration dans cette affaire ("l'intention du législateur" dans mon jargon)? Quelles priorités sont données au regard de l'obligation de l'administration d'intégrer les directives Oiseaux et habitats-faune-flore? Est-ce admissible de soumettre aux mêmes conditions la "capture" d'un insecte (la bête se relâchera d'elle même) sur le drap du piège lumineux (pour revenir à notre sujet) et la marquage d'une population de loups ou d'oies sauvages?
Si un jour on vient me plaider ça je sais que j'aurai une oreille bienveillante et attentive...
Yves

Avatar du membre
znort
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 17 octobre 2007, 15:45
Localisation : poitiers

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par znort » mercredi 27 janvier 2016, 12:04

Vin'S a écrit :Tu ne vas pas y croire mais ce n'est pas une utopie et il est possible que ce soit bientôt la seule façon légale de faire des captures entomologiques en France :roll:
Ca serait une bonne nouvelle d'évoluer vers ce type de système et tellement plus simple que le méandre administratif actuel. Adhérer à une association reconnue d'intérêt publique, définir une charte déontologique sur laquelle chaque adhérent s'engage, obligation de transmission des données. Voilà quelque chose qui me plairait bien et qui ressemble pour beaucoup au modèle espagnol pays dans lequel je crois bien que tout est protégé.

Avatar du membre
znort
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 17 octobre 2007, 15:45
Localisation : poitiers

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par znort » mercredi 27 janvier 2016, 12:15

ALXNR a écrit :
Karaba a écrit : Pas du tout, le bagage était déjà bien encadré, peut-être pas juridiquement mais scientifiquement et avec la délivrance d'un permis de bagage après formation du MNHN. Pareil ou presque avec les chiro
C'est tout à fait exact, le texte tel que rédigé a vocation à s'appliquer à toutes les espèces protégées même si les seuls détails mis en annexe ne concernent que le marquage des oiseaux. Mais quelle est véritablement l'intention de l'administration dans cette affaire ("l'intention du législateur" dans mon jargon)? Quelles priorités sont données au regard de l'obligation de l'administration d'intégrer les directives Oiseaux et habitats-faune-flore? Est-ce admissible de soumettre aux mêmes conditions la "capture" d'un insecte (la bête se relâchera d'elle même) sur le drap du piège lumineux (pour revenir à notre sujet) et la marquage d'une population de loups ou d'oies sauvages?
Si un jour on vient me plaider ça je sais que j'aurai une oreille bienveillante et attentive...
Le problème du capturé relâché se pose pour certains groupes dont la détermination est impossible sans examen sous bino et pas forcément accessible à l'entomo qui débute. Ensuite, en l'absence de photos complémentaires cela ne permet pas de revenir sur une potentielle erreur de détermination. On a tous été confronté à cette problématique à un moment ou un autre.
L'intérêt d'une collection, c'est qu'elle s'incrit dans le temps, elle permettra aussi aux générations futures d'avoir des élements de comparaison sur l'entomofaune locale.

Avatar du membre
ALXNR
Membre
Enregistré le : mardi 20 juillet 2010, 15:04
Localisation : Lot (46)

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par ALXNR » mercredi 27 janvier 2016, 12:31

Oui mais dans cette perspective là les autorisations seront données sans problème.
Un entomo débutant va pas s'amuser à ça. Ou alors qu'il fasse de l'arachno comme moi: il n'y a pas d'espèces protégées et il pourra s'exercer à la dissection autant qu'il veut!
Yves

Avatar du membre
Vin'S
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 17 mai 2006, 16:51
Localisation : Paris

piégeage lumineux en bordure d'espaces protégés

Message par Vin'S » mercredi 27 janvier 2016, 12:43

znort a écrit :
Vin'S a écrit :Tu ne vas pas y croire mais ce n'est pas une utopie et il est possible que ce soit bientôt la seule façon légale de faire des captures entomologiques en France :roll:
Ca serait une bonne nouvelle d'évoluer vers ce type de système et tellement plus simple que le méandre administratif actuel. Adhérer à une association reconnue d'intérêt publique, définir une charte déontologique sur laquelle chaque adhérent s'engage, obligation de transmission des données. Voilà quelque chose qui me plairait bien et qui ressemble pour beaucoup au modèle espagnol pays dans lequel je crois bien que tout est protégé.
On en peut de toute façon qu'être d'accord avec ce système, puisqu'il est destiné à garder l'entomologie française en vie suite à la signature de Nagoya; texte magique s'il en est qui nous interdit de capturer quoi que ce soit avec de l'ADN dedans sans déclaration (je me demande comment on va faire pour manger, le mec qui va se couper sa salade au potager ou chercher son œuf au poulailler le matin devra payer 3000 euros d'amende ?)

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Insectes et législations »