Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

Center Parcs Roybon

C'est ici que l'on partage ce que l'on connaît à ce sujet.

Animateur : Sans animateur

Avatar du membre
Bébert
Animateur
Enregistré le : mercredi 3 février 2010, 12:14
Localisation : Liesle (25)
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par Bébert »

Solano a écrit :notamment l'écrevisse à pattes blanches qui est en aval d'une zone fortement impactée par le projet.
disparu en 2010.... voir page 155

Je ne pense pas que l'entrée espèce soit un bon angle pour attaquer ce genre de projets à la con.
Comme dans toute étude d'impact on ne prend en compte que les espèces protégées ou ayant un statut juridique (directives européennes etc.) rien à foutre de tout le reste. Alors tu auras beau compléter la liste des insectes sur le secteur si tu ne trouve pas un grand capricorne, un lucane ou une rosalie ça ne changera absolument rien.
Et tant bien même il y aura toujours une dérogation possible pour destruction d'espèce protégée, une mesure compensatoire pour faire semblant, un avis du CSRPN qui ne sera pas suivi car seulement consultatif, etc.

Là on touche par contre aux politiques de développement du territoire et à ce qu'on veut faire collectivement de nos campagnes.
Es-ce qu'on veut faire des Center parc ou autres projets similaires avec le bétonnage, les équipements inutiles, et le tourisme hautement consumériste qui va avec dans un objectif de développement économique sur le court terme, ou es-ce qu'on veut préserver des milieux naturels ordinaires (d'ailleurs à la lecture du document cette forêt n'est manifestement pas exceptionnelle) non urbanisés et en faire une valorisation plus douce et plus durable, qui respecte l'eau, les milieux et les gens qui vivent sur ces territoires.
Mais ceci n'a rien d'un approche naturaliste, c'est de la politique.
chrisgir
Membre confirmé
Enregistré le : lundi 26 février 2007, 17:02
Localisation : Echalas (Rhône)
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par chrisgir »

Alors tu auras beau compléter la liste des insectes sur le secteur si tu ne trouve pas un grand capricorne, un lucane ou une rosalie ça ne changera absolument rien.
Bon c'est du chipotage, mais autant être précis : si tu trouves un lucane, ça ne changera rien, sauf si tu es dans un site Natura 2000 : l'espèce est d'intérêt communautaire (annexe 2 de la directive Habitats) mais pas protégée en tant que tel. Vive la transcription des directives européennes!

Pour les deux autres, elles sont protégées ainsi que leurs habitats
Christophe Girod
Avatar du membre
Bébert
Animateur
Enregistré le : mercredi 3 février 2010, 12:14
Localisation : Liesle (25)
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par Bébert »

je n'ai jamais prétendu que le lucane est protégé, mais il aurait été prise en compte au titre de la directive habitats.
Avatar du membre
Saturnin de la Poire
Ron-ron
Enregistré le : mercredi 11 mai 2005, 14:34
Localisation : Troupomey-Les-Deux-Eglises
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par Saturnin de la Poire »

les images TV de la dite forêt (si c'est bien la bonne qu'ils nous montre) expose des piquets de chêne de 1à à 20 ans d'âge, dans une structure très jeune (pas de souches)
c'est effectivement dur d'en faire un enjeu écologique de premier ordre.

je ne peux qu'abonder dans l'analyse de Bébert (et dieu sait que lui donner raison m'est douloureux au-delà du supportable). L'approche espèce est artificielle, bornée aux espèces protégées, et ne donnera lieu qu'à compensations et déplacement des dites espèces. Il a plusieurs fois été évoqué, pour le barrage comme pour le center-parc, une directive européenne sur la préservation des zones humides. C'est sur l'axe milieu et particulièrement sur les zones humides qu'il faudrait appuyer.

mais surtout, comment des communes peuvent prétendre que ce genre d'aménagements locaux et ponctuels leurs sont indispensables pour survivre ? N'y a-t-il pas des projets plus raisonnées, à des échelles plus larges, qui s'articulent dans le cadre d'organisation supra (régionales, nationales), pour leur permettre de se développer sans détruire à outrance ?

l'agriculture, la campagne, la vision traditionnelle était déjà révolue en plaine, elle vit ses derniers jours en zones de montagne. Puisque ce moteur de vie et de développement local disparaît, il faut trouver des déboucher. Tout le monde se tourne immédiatement vers le tourisme. Mais tout le monde s'imagine que pour faire venir les touristes, il faut transformer le paysage ? Il serait plus judicieux et moins coûteux de le valoriser (chemins, circuits sportifs, aménagements légers). A trop modifier, ça ne ressemble plus à ce que les gens imaginent venir voir et du coup... bien ils ne viennent plus ! Et ça s'est déjà vu par le passé, en bord de Loire dans le Loiret, sur les zones paltes de méandre, on trouve beaucoup d'anciens emplacements (bétonnés...) de camping qui ont mis la clé sous la porte depuis au moins 25 ans. Le tourisme en campagne n'est pas une affaire de masse. Vouloir que ça le devienne est dangereux, je pense...

tout ça pour un center parc, un endroit où les gens viennent pour "se ressourcer au milieu de la nature" 8-O
Sat'

Si vous pouvez lire ça, c'est que vous êtes trop près
vanderbergh
Membre confirmé
Enregistré le : vendredi 12 août 2005, 14:39
Localisation : Orne

Center Parcs Roybon

Message par vanderbergh »

On voit en ce moment ce que coûte l' urbanisation (et le bétonnage , bitumage qui s'en suivent) en termes d' inondations (Sud-est, Languedoc, Cévennes, Ardêche,...) C'est certainement l'un des meilleurs argument à faire valoir ?
Avatar du membre
entomofou
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Saint Agnant de Versillat (23)
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par entomofou »

La DCE est effectivement, à mon sens, la meilleure porte d'entrée. Comme en plus nous sommes en cours d'élaboration des futurs SDAGE 2016-2021, avec une phase de consultation et une (petite) diffusion médiatique, c'est le moment de monter au créneau.

Je ne peux qu'abonder dans le sens de mes estimés collègues en ce qui concerne l'entrée espèce...
Avatar du membre
Solano
Membre
Enregistré le : jeudi 31 juillet 2014, 20:14
Localisation : Savoie
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par Solano »

j'ai reçu une précieuse info en message privé : à notre dame des landes une initiative similaire existe depuis 2 ans déjà :
http://naturalistesenlutte.wordpress.com/
une version "chambaran" de ce type de collectif pourrait voir le jour
Karaba
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 14 janvier 2009, 9:52
Localisation : Isère

Center Parcs Roybon

Message par Karaba »

Saturnin de la Poire a écrit :les images TV de la dite forêt (si c'est bien la bonne qu'ils nous montre) expose des piquets de chêne de 1à à 20 ans d'âge, dans une structure très jeune (pas de souches)
C'est la bonne mais tu devrais savoir qu'on fait des piquets avec du châtaignier, pas du chêne.

Sinon pour autant qu'elle soit artificielle, la porte d'entrée "espèce protégée" est très bonne pour contester un projet, l'une des meilleures assurément, s'appliquant presque partout, pour des projets de toute échelle. Par contre, inutile de remettre en cause les inventaires, c'est beaucoup de travail et puis on peut tomber sur un ducon qui a fait du travail pas si pire. Non, non, y a beaucoup plus simple : trouvez moi un projet privé (et même public) qui réponde à une "raison impérative d'intérêt public majeur". Même une DUP n'y résiste pas : il ne s'agit que d'un intérêt public, pas d'une "raison impérative etc..". Il suffit de trouver un lézard des murailles, une grenouille agile ou la nidification d'une mésange charbonnière, chose a priori pas trop difficile sauf au milieu d'un champ de maïs, pour que le projet nécessite une dérogation, et là, poum ! La jurisprudence s’étoffe et devient assez claire sur ce sujet. Avec ça, un projet ne passe que s'il n'a pas d'opposants.

Pour la DCE, ça marchera peut-être pour Sivens car cela concerne un barrage et donc une masse d'eau superficielle, pour Roybon ou NDDL, je n'y crois pas trop. De toute façon, la première marche du SDAGE et la porte "zone humide" est bien plus difficile à franchir.
Avatar du membre
ouran
Modératrice
Enregistré le : lundi 29 octobre 2007, 12:19
Localisation : Liesle (25)

Center Parcs Roybon

Message par ouran »

Karaba tu n'es pas naïf tu sais bien qu'une Mésange bleue n'arrêtera jamais le moindre projet d'aménagement privé ou public !

Même la "mythique" histoire du Pique-prune sur le tracé de l'A28 a montré qu'on n'arrête pas un projet d'aménagement... on l'aménage !
Si on peut qualifier comme ça le fait de déplacer la population d'Osmoderma et de payer pour un suivi de 10 ans... (c'est par ailleurs un certain Office du Génie Ecologique, une boite parisienne, qui en a la charge :!: )
Il aura surtout coûté bombons en retard (6 ans), au regard de ce que rapporte une concession autoroutière, mais je vais pas les plaindre.

http://www.oge.fr/fr/actualites-de-l-of ... 0a25cf073f
MM

Même les punaises ? Surtout les punaises !
Avatar du membre
Mathurin C
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 23 mai 2007, 18:56
Localisation : 58 (Nevers)
Contact :

Center Parcs Roybon

Message par Mathurin C »

ouran a écrit :Karaba tu n'es pas naïf tu sais bien qu'une Mésange bleue n'arrêtera jamais le moindre projet d'aménagement privé ou public !

Même la "mythique" histoire du Pique-prune sur le tracé de l'A28 a montré qu'on n'arrête pas un projet d'aménagement... on l'aménage !
Si on peut qualifier comme ça le fait de déplacer la population d'Osmoderma et de payer pour un suivi de 10 ans... (c'est par ailleurs un certain Office du Génie Ecologique, une boite parisienne, qui en a la charge :!: )
Il aura surtout coûté bombons en retard (6 ans), au regard de ce que rapporte une concession autoroutière, mais je vais pas les plaindre.

http://www.oge.fr/fr/actualites-de-l-of ... 0a25cf073f
Je pense qu'il y a une différence d’intérêt publique entre la construction d'une autoroute et d'un parc de "loisirs", c'est justement ce qu'évoquait Karaba.
Après, je suppute que les investigateurs du projets peuvent y voir une raison impérative d'intérêt public majeur dans le sens où c'ets la crise, que ça va amener de l'emploi, relancer l'économie, etc etc
Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Insectes et législations »