Expert naturaliste la formation le métier?

Les offres d'emplois en Entomologie.

Animateur : sans animateur

Avatar du membre
lycaena85
Membre
Enregistré le : mercredi 12 février 2014, 12:09
Localisation : Vendée, Loiret, Loir-et-Cher
Contact :

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par lycaena85 » mercredi 9 juillet 2014, 13:59

d'apprendre et de partager aussi
En entomologie comme au rugby tout est dans la minutie.

Avatar du membre
Saturnin de la Poire
Ron-ron
Enregistré le : mercredi 11 mai 2005, 14:34
Localisation : Troupomey-Les-Deux-Eglises
Contact :

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par Saturnin de la Poire » jeudi 9 octobre 2014, 8:55

Limenitis78 a écrit :
BTSA Gestion et protection de la nature, Licence Pro (comme MINA à Besançon)... bien sûr !
Comme tu le dis, l'essentiel de tes compétences naturalistes (qui sont quand même super importantes pour faire la différence) ne te viendra pas de tes cours, il vaudra te former +/- seul (il existe de bons guides pas trop cher, sans parler d'internet, pour commencer), te rapprocher des assos du coin, te montrer quoi.

:0004: va falloir investir dans d'autres livres que les lepidoptères :0008:
si je puis me permettre
si tu es spécialisé lépido et que tu comprends "polyvalence" en allant acheter des bouquins Orthoptères ou Odonates, tu ne gagneras rien.
les gens qui emploient des techniciens ou commandent des études ne lisent pas le degré de précision "papillons" ou "orthoptères" ou "libellules"... Ils lisent "insectes", point barre. c'est un fait.

te diversifier signifie : aller gratter ailleurs que chez les insectes (et soyons même francs : les invertébrés).

les groupes porteurs les plus abordables sont :
chiroptères
amphibiens et reptiles
écrevisses
Sat'

Si vous pouvez lire ça, c'est que vous êtes trop près

Avatar du membre
IlDjinnIl
Membre
Enregistré le : mardi 4 novembre 2014, 14:38
Localisation : La Réunion, France

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par IlDjinnIl » jeudi 6 novembre 2014, 11:02

Saturnin de la Poire a écrit :si je puis me permettre
si tu es spécialisé lépido et que tu comprends "polyvalence" en allant acheter des bouquins Orthoptères ou Odonates, tu ne gagneras rien.
les gens qui emploient des techniciens ou commandent des études ne lisent pas le degré de précision "papillons" ou "orthoptères" ou "libellules"... Ils lisent "insectes", point barre. c'est un fait.

te diversifier signifie : aller gratter ailleurs que chez les insectes (et soyons même francs : les invertébrés).

les groupes porteurs les plus abordables sont :
chiroptères
amphibiens et reptiles
écrevisses
C'est à la fois vrai et faux.
Si tu vises des petits bureaux d'études à effectif réduit, il faudra en effet avoir plusieurs cordes à ton arc, en plus d'une très bonne compétences sur les insectes en règle générale. Je plussoie les groupes mentionnés à ce propos (et l'ornitho fait généralement peur, mais ce n'est pas insurmontable).
Mais si tu vise des gros bureaux d'études, avec des équipes conséquentes, alors des spécialités Rhopalo/Hétérocères/Odonates/Orthoptères sont un minimum à avoir, et si possible ajouter un groupe "balèze" du genre coléo. Les 4 premiers groupes peuvent toutefois souvent suffire pour les grosses boîtes, pour la France métropolitaine, ça te permet de couvrir les principales espèces réglementaires.

chrisgir
Membre confirmé
Enregistré le : lundi 26 février 2007, 17:02
Localisation : Echalas (Rhône)
Contact :

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par chrisgir » jeudi 6 novembre 2014, 13:00

Globalement ce qui est demandé dans les études entomo, ça reste quand même de savoir reconnaître les espèces protégées : donc rhopalocères et odonates est très souvent suffisant ET nécessaire ;
ensuite il faut également savoir reconnaître les quelques Coléos protégés susceptibles d'être trouvés (en général d'ailleurs c'est surtout Cerambyx cerdo qui est visé).

Très peu d'appels d'offres font mentions des Orthoptères et encore moins des papillons de nuit (où il y a pourtant quelques espèces protégées susceptibles d'être rencontrées çà et là : Sphinx proserpine, Laineuse du prunellier). En Orthoptères il n'y a rien de règlementaire (hors midi et région parisienne).

C'est mieux effectivement d'afficher une seconde "grosse" compétence : chiroptères, herpéto, amphibiens, bota ou avifaune.
Christophe Girod

Limenitis78
Membre
Enregistré le : vendredi 12 juillet 2013, 8:33
Localisation : Versailles

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par Limenitis78 » mardi 18 novembre 2014, 15:48

Pour les amphibiens j'ai aussi une bonne base mais j'ai encore beaucoup de mal avec les juvéniles les adultes s'identifient facilement en général.
Même si mon ordre reste les lépido j'ai des connaisances ailleurs mais moins poussées que les amphibiens ou les papillons

Avatar du membre
Valentin073
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 30 octobre 2011, 8:18
Localisation : Savoie (73)
Contact :

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par Valentin073 » samedi 22 novembre 2014, 10:52

Je n'ai pas suivi tout le fil de la conversation (honte à moi), mais tu pourrais te mettre à ton compte pour faire des inventaires naturalistes pour les Parcs Naturels ou d'autres institutions. Au moins à mi-temps :wink:
Valentin NIDERGAS
valentin.nidergas@gmail.com

Avatar du membre
lycaena85
Membre
Enregistré le : mercredi 12 février 2014, 12:09
Localisation : Vendée, Loiret, Loir-et-Cher
Contact :

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par lycaena85 » mardi 25 novembre 2014, 10:50

Avant de se mettre à son compte faut quand même assurer un minimum et être au taquet sur les taxons que tu vises, i'a quand même un paquet de naturalistes sur le marché et faut arriver à tirer son épingle du jeu avec des bases solides.
En entomologie comme au rugby tout est dans la minutie.

Avatar du membre
Saturnin de la Poire
Ron-ron
Enregistré le : mercredi 11 mai 2005, 14:34
Localisation : Troupomey-Les-Deux-Eglises
Contact :

Expert naturaliste la formation le métier?

Message par Saturnin de la Poire » jeudi 15 janvier 2015, 10:31

avant de se mettre à son compte, là où il faut être costaud, en plus de la reconnaissance, c'est de sur la synthèse et l'interprétation. Faire une liste d'espèce c'est très gentil, mais les clients sont surtout intéressés par ce qu'on peut lui faire dire, que ce soit légalement (espèces à statuts) ou écologiquement.
Sat'

Si vous pouvez lire ça, c'est que vous êtes trop près

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Entomologie et emploi »