Pince oreilles

Vous en pincez pour les Perce-oreilles ?

Animateur : BBinsecte

Gaelle29
Membre
Enregistré le : jeudi 17 août 2017, 22:36
Localisation : Finistère sud

Pince oreilles

Message par Gaelle29 » jeudi 24 août 2017, 4:11

Bonjour
J'ai un souci avec des pinces oreilles
Ils rentrent chez moi alors que les fenêtres sont fermées. Qu'es ce qui les attirent dans mon appart ? J'habite au rdc, mon jardin est mitoyen a un jardin en friche.

Savez vous Par où ils rentrent dans les logements ?

Es ce qu'ils sont dangereux avec Leur pinces,
Ils mordent les humains ou les chats
À quoi ressemble une morsure de cet insecte ?

Avatar du membre
BBinsecte
Animateur—Admin-galerie
Enregistré le : mardi 16 septembre 2008, 10:29
Localisation : Haute-Savoie
Contact :

Pince oreilles

Message par BBinsecte » jeudi 24 août 2017, 6:58

Les perce-oreilles sont tout plat, alors ils se faufilent par le moindre interstice (sous une porte, entre les volets...)
Ils ne causent pas de dommages dans les maisons, et ne mordent pas, ni ne piquent...
Quelques espèces robustes de montagne peuvent pincer assez fort, mais pour les espèces communes, pas de risque, ni pour les animaux (qui ne sont pas complètement innocents !), ni pour nous... Il faut les chercher pour qu'ils pincent, et c'est plus de l'intimidation qu'autre chose...
Bref, tu les mets dehors, et tout ira bien (pour eux comme pour toi)
A vingt ans, je n'avais en tête que l'extermination des vieux; je persiste à la croire urgente mais j'y ajouterais maintenant celle des jeunes; avec l'âge on a une vision plus complète des choses (Cioran)

Avatar du membre
Fraf
Membre confirmé
Enregistré le : lundi 24 août 2009, 10:31
Localisation : Nice (06)
Contact :

Pince oreilles

Message par Fraf » dimanche 27 août 2017, 14:15

Afin de me documenter sur ce point (totalement inoffensifs, en effet, mais quid de la douleur ?), et vu que je travaille sur ces insectes avec des enfants, j'ai voulu en avoir le cœur net, et, avant de les présenter aux élèves, j'ai mis en œuvre tout mon possible pour me faire pincer, et savoir si cela faisait réellement mal ou pas (j'ai été modru/piqué/pincé par tout un tas de trucs dans ma vie, du varan au piranha rouge en passant par le furet et le crabe bleu, donc ce n'est pas tellement ça qui m'inquiétait...).

J'ai travaillé avec la plus grosse espèce européenne, Labidura riparia, qui peut dépasser les trois centimètres. Bilan : rien. Je suis incapable de te dire si le pincement fait mal, parce qu'après avoir essayé de me faire pincer plusieurs fois, et même en saisissant l'animal à main nues, je ne me suis jamais fait pincer en plusieurs jours. Leurs pinces sont bel et bien capable d'attraper et blesser les insectes dont ils se nourrissent, mais pour les prédateurs et les animaux plus gros, comme nous, c'est 100% de l’esbroufe : rien que de l'intimidation. Ils ne prendraient jamais le risque de pincer et de rester accrochés à un prédateur, ils préfèrent fuir. Ce sont des animaux complètement inoffensifs.

Quant à comment ils sont arrivés chez toi, et bien, ta maison n'est pas étanche (heureusement, d'ailleurs, tu serais morte depuis longtemps...), il y a des interstices et des arrivées d'air, plus ou moins cachés pour ne pas trop te gêner, plus ou moins gros en fonction de l'âge du bâtiment et des normes en vigueur à l'époque, de la présence de gaz ou non... Garde à l'esprit que, si de petits animaux (comme des insectes) veulent entrer chez toi, ils peuvent le faire : un appartement, comme un champ, par exemple, est un agrosystème, c'est-à-dire un écosystème en grande partie contrôlé par l'homme, qui y introduit certaines espèces (soi-même, son chien, son chat, son poisson rouge...), et limite la présence d'autres (le voisin, les huissiers...), mais ce n'est jamais un système 100% artificiel, dans lequel tous les organismes sont contrôlés : c'est un équilibre entre les introductions/limitations, qui reste un écosystème tout de même. La meilleure preuve, c'est qu'un logement abandonné, dans lequel plus aucun humain n'exerce de pression, tend à "redevenir sauvage", et son écosystème abrite de plus en plus d'espèces non anthropiques, de moins en moins d'espèces anthropiques, et finit de plus en plus par ressembler à l'écosystème sauvage alentours.

C'est un peu comme pour les araignées : si tu veux ne pas avoir de toiles au plafond, il faut faire le ménage régulièrement, en enlever une ne suffit pas, elle finira par revenir. C'est pareil pour les perce-oreilles : ils pourront entrer, quoique tu fasses. Tu peux les éliminer s'ils te sont indésirables (ce qui se comprend...), mais pas les empêcher d'entrer. Encore faut-il qu'ils en aient envie... S'ils entrent, ce n'est pas seulement parce qu'ils le peuvent (sinon, tout le monde serait envahi...), mais surtout parce qu'ils trouvent chez toi quelque chose qu'ils apprécient... Ce sont, comme on l'a dit, des insectes carnivores : il y a peut-être chez toi d'autres insectes (grillons, poissons d'argent...) qui les attirent ? Ou bien ta maison offre-t-elle des conditions de température, lumière, humidité, qui leur sont agréables...

En trouvant ce qui leur plaît et en le modifiant, tu pourrais bien leur couper toute envie de revenir...

Avatar du membre
BBinsecte
Animateur—Admin-galerie
Enregistré le : mardi 16 septembre 2008, 10:29
Localisation : Haute-Savoie
Contact :

Pince oreilles

Message par BBinsecte » lundi 28 août 2017, 9:11

Fraf a écrit :
dimanche 27 août 2017, 14:15
J'ai travaillé avec la plus grosse espèce européenne, Labidura riparia, qui peut dépasser les trois centimètres. Bilan : rien. Je suis incapable de te dire si le pincement fait mal, parce qu'après avoir essayé de me faire pincer plusieurs fois, et même en saisissant l'animal à main nues, je ne me suis jamais fait pincer en plusieurs jours. Leurs pinces sont bel et bien capable d'attraper et blesser les insectes dont ils se nourrissent, mais pour les prédateurs et les animaux plus gros, comme nous, c'est 100% de l’esbroufe : rien que de l'intimidation. Ils ne prendraient jamais le risque de pincer et de rester accrochés à un prédateur, ils préfèrent fuir. Ce sont des animaux complètement inoffensifs.
Labidura n'est pas taillé pour faire mal : de grande taille, oui, mais les cerques sont trop longs pour être puissants, elle doit le savoir !
Apterygida et Chelidurella pincent très faiblement (on ne sent rien !)
Les Anechura n'hésitent pas à pincer, et quand ça choppe entre les doigts, où la peau est fine, on le sent bien / Idem avec Forficula auricularia, les mâles pincent quand ils peuvent...
Je n'ai jamais testé les Chelidura, mais comme ce sont de grosses bêtes à cerques courts et épais, ça doit être efficace aussi !
Modifié en dernier par BBinsecte le mardi 29 août 2017, 8:26, modifié 1 fois.
A vingt ans, je n'avais en tête que l'extermination des vieux; je persiste à la croire urgente mais j'y ajouterais maintenant celle des jeunes; avec l'âge on a une vision plus complète des choses (Cioran)

Avatar du membre
Fraf
Membre confirmé
Enregistré le : lundi 24 août 2009, 10:31
Localisation : Nice (06)
Contact :

Pince oreilles

Message par Fraf » mardi 29 août 2017, 8:07

Bon à savoir. Et pardon de "polluer" le post de Gaëlle, mais je pense que ça va l'intéresser aussi...

Le site sur lequel j'emmène les élèves est un biotope de L. riparia, c'est pour cela que j'ai voulu m'assurer que cette espèce ne présentait aucun risque avant de la leur faire manipuler. Je n'avais pas envisagé la morphologie des forceps ;
Il y a un peu de Forficula parfois aussi, d'après ce que tu me dis, il faudra que j'essaie...

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Dermaptères »