[Ammophila sabulosa] nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Guêpes, abeilles, fourmis... ces insectes qu'ils soient solitaires ou sociaux sont toujours autant sources d'observations...

Animateur : Sarcophage77

Avatar du membre
J.Carminati
--!--0--!--
Enregistré le : mercredi 22 septembre 2010, 21:39
Localisation : _______________

[Ammophila sabulosa] nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par J.Carminati » jeudi 28 juillet 2011, 11:42

Ammophila sabulosa (Linnaeus, 1758)

Classification :

Hymenoptera > Aculeata > Apoidea > Sphecidae > Ammophilini > Ammophila

Guêpe fouisseuse :0018:

Photos :

Mâle

Image
dejean sylvain : France : Séniergues : 46 : 02/06/2006
Altitude non renseignée - Taille : 20 mm
Réf. : 9779

Femelle

Image
eudemis : France : Arsac : 33460 : 03/06/2007
Altitude : 25m - Taille : 20mm environ
Réf. : 19637

Image
Phil : France : NR : 40500 : 17/09/2008
Altitude : 100 - Taille : 20
Réf. : 47982

Image
Luc Bettinelli : France : Quitteur : 70 : 11/09/2010
Altitude : NR - Taille : 25 mm ?
Réf. : 62423


Habitus :

Taille marquée (séparation très nette entre l'abdomen et le thorax= abdomen fortement pétiolé).
Se reconnaît aisément à ses pattes entièrement noires, et aux reflets bleu métallique sombre des derniers segments de l'abdomen.
Taille : 20-30 mm de long (pour la femelle, mâle plus petit : 16-23mm), la plus grande guêpe du genre Ammophila
La femelle possède 12 articles aux antennes, le mâle 13 avec le dernier recourbé.

Genre proche : Hoplammophila (2 sp en France, armata et clypeata), beaucoup plus grosse qu'Ammophila : peut atteindre 35-40 mm.

Autres espèces du genre : (les espèces aisément confondables avec A. sabulosa sont suivies d'un *, les critères de déterminations sont précisés, ainsi que la localisation (méditerranéenne, toute la France etc) :


à pattes noires:

A. sabulosa : troisième cellule cubitale trapézoïdale. le tergite III n'est pas entièrement rouge (parfois entièrement noir). Commune partout.

A. campestris *: troisième cellule cubitale (= submarginale) pétiolée. Chez la :0016: de campestris, le tergite III est rouge bien au delà de la moitié.
Moins commune que sabulosa. Un peu partout.

A. pubescens *: Caractérisé par la face inférieure du pétiole portant des soies dressées.Chez la :0016: la moitié postérieure du tergite III est noire.La ligne longitudinale dorsale des :0017: est généralement bien marquée sur les trois premiers tergites.
Ça et là, semble commune dans le bassin parisien. Longtemps confondue avec campestris: les cartes sont probablement incomplètes.

A.hungarica : position des stigmates au milieu du tergite I (toutes les autres Ammophiles: un peu en arrière du milieu).
peu commune, se trouve dans 7 départements méditerranéens, côtiers et alpins. Peu commune, ça et là dans le sud-est et en Savoie.

A. terminata : tergites I à III entièrement rouges. Ligne medio-dorsale noire du mâle absente.
région méditerranéenne remonte à l'est jusqu'en Savoie, département littoraux atlantique jusqu'en Loire-Atlantique. Paris et pourtour, seine et marne. Bas-Rhin.

A.modesta : très rare. Pyrénées-Orientales.(très rare)

à pattes rouges au moins partiellement:

A.heydeni : Pattes avec des parties rouges(hors tarses). Commune en dessous de la loire. cote Atlantique; Oise, Eure-et-Loir.

A.laevicollis : face étroite, clypeus de la femelle prolongé en avant, celui du mâle avec une lame caractéristique. La femelle porte sur les tergites une ligne longitudinale noire qui, dans les autres espèce est l'apanage des mâles. Strictement limité au littoral méditerranéen de l'Aude aux Bouches-du-Rhône, où elle est commune sur les arrière-plages.


Les 3 espèces qu'on observe régulièrement sont A. sabulosa, campestris et heydeni, pubescens serait plus fréquent que campestris dans certains départements (bassin parisien notamment).


Habitat

milieux clairsemés et plutôt secs.sol rocheux, gravière, à argileux.

(d'Après Fabre )
[...]je chercherais querelle au terme d'Ammophile, signifiant ami des sables, comme trop souvent exclusif et souvent erroné. Les véritables amis des sables, des sables secs, poudreux, ruisselants, ce sont les Bembex, giboyeurs de Mouches ; mais les chasseurs de Chenilles, dont je me propose ici l'histoire, n'ont aucune prédilection pour les sables purs et mobiles ; ils les fuient même comme trop sujets à des éboulements qu'un rien provoque. Leur puits vertical, qui doit rester libre jusqu'à ce que la cellule ait reçu les vivres et l’œuf, exige un milieu plus ferme pour ne pas s'obstruer avant l'heure. Ce qu'il leur faut, c'est un sol léger, de fouille facile, où l'élément sablonneux soit cimenté par un peu d'argile et de calcaire. Les bords des sentiers, les pentes à maigre gazon exposées au soleil, voilà les lieux préférés.
Biologie et comportement :

construction du nid :
Fabre:
"Le terrier est une trou de sonde vertical, une sorte de puits, ayant au plus le calibre d'une forte plume d'oie, et la profondeur d'environ un demi-décimètre. Au fond est la cellule, toujours unique et consistant en une simple dilatation du puits d'entrée. c'est, en somme, logis mesquin, obtenu à peu de frais, en une séance ; la larve n'y trouvera protection contre l'hiver qu'à la faveur de la quadruple enceinte de son cocon, imité de celui du Sphex.
L'Ammophile travaille à son excavation, paisiblement, sans se presser, sans de joyeux entrains. Comme toujours, les tarses antérieurs servent de râteau et les mandibules font office d'outils de fouille."
Contrairement à A. pubescens qui évacue le sable dégagé en vol à quelque distance du nid, sabulosa rejette le sable près du nid.

La chasse :

Avant de partir à la recherche de sa proie, l'Ammophile scelle provisoirement son terrier avec une dalle.

Sabulosa emmagasine 1 à 2 chenilles par nid avant de le refermer (contrairement à A. pubescens qui ravitaille régulièrement la larve en chenilles).
Les proies sont volumineuses, souvent plus grosses que la guêpe qui la transporte, transport qui s'effectue toujours au sol, exceptionnellement par de petits sauts en vol, mais pas de vol véritable. L'ammophile transporte ses proies en les tenant entre ses mandibules, à l'arrière de la tête.

Proies: Chenilles d'Hétérocères, principalement Noctuelles : Moma orion, Mamestra brassicae; Plusia gamma, Taeniocampa stabilis; Noctua meticulosa, Anarta myrtilli. (liste d'après FdF 10 de Berland), également des Hesperiidae (Bellmann).


La fermeture du nid :
Les nids d'A. sabulosa, contiennent une à deux chenilles; ils sont soigneusement bouchés avec du sable que la femelle tasse, souvent avec sa tête.
une fois la réserve de nourriture emmagasinée et l’œuf pondu, l'entrée est bouchée par une pierre plate ou par des blocs de sable, et ensuite recouvert par du sable plus fin.

Note sur le comportement cleptoparasite* (profite d'une proie capturée par un autre animal) intra-spécifique* (interaction se déroulant entre les individus d'une même espèce) de l'Ammophile des sables:

L'ammophile peut avoir un comportement de cleptoparasite: au lieu d'aller chasser une chenille pour sa progéniture comme le fait a été relaté au dessus, il arrive qu'elle pille le nid d'une de ses congénères, récupérant les proies capturées pour son propre compte.
S'approchant du nid, elle enlève le caillou qui ferme l'entrée, puis pénètre dans la chambre, prend la chenille paralysée entre ses mandibules (avec ou sans l’œuf pondu par une autre, qu'elle enlèvera plus tard) et l'emmène dans son nid.

pour plus d'informations sur ce comportement, vous pouvez consulter le sujet :
viewtopic.php?f=3&t=73422&hilit=+ammophile


Répartition d'Ammophila sabulosa

par département

https://www.galerie-insecte.org/galerie ... p=sabulosa

par saison

https://www.galerie-insecte.org/galerie ... 20sabulosa

sources bibliographiques :

Bellmann H. Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d'Europe

Berland L. HYMÉNOPTÈRES VESPIFORMES. 1 - (SPHEGIDAE, POMPILIDAE, SCOLIIDAE, SAPYGIDAE, MUTILLIDAE) -FAUNE DE FRANCE 10
(il "permet" de déterminer 40 genres de sphecidae, aujourd'hui on en compte une 60aine env.)

Chinery M. Insectes de France et d'Europe occidentale

Fabre, J-H. Souvenirs entomologiques (Première Série, XV), disponible en ligne : http://www.e-fabre.com/biographie/souve ... mmaire.htm.



En vous souhaitant une bonne lecture et d'agréables observations d'Ammophiles.

Jérôme
Modifié en dernier par J.Carminati le dimanche 4 septembre 2011, 13:14, modifié 6 fois.

Balises :

Avatar du membre
Patrick_B
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Cébazat, Puy-de-Dôme

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par Patrick_B » jeudi 28 juillet 2011, 18:24

Jé, bravo.
La confection de fiches est utile à tous, elle te permet à toi même de te perfectionner.

Je me demande si, lorsque c'est possible, en même temps qu'une brève description, on ne pourrait pas mettre en quelque ligne "Se distingue des autres espèces du genre par ... Voir ici
note que le mâle a une bande noire longitudinale plus ou moins interrompue sur les tergites rouges; cette marque est absente chez la femelle.
J'ai mis “en l'absence de possibilité de voir la nervation”, car campestris et pubescens, qui sont les deux autres que l'on peut rencontrer hors sud de la France, ont la deuxième cellule cubitale pétiolée.
À toi de résumer ça de façon la plus succincte possible tout en restant exact, même si ça pêche un peu en délaissant quelques espèces très rares ou localisées. (Avec celles que j'ai mises dans le sujet en lien, c'est largement suffisant dans 95% des cas - midi compris - et même hugarica est du luxe et peut être écartée en pratique courante.

Avatar du membre
J.Carminati
--!--0--!--
Enregistré le : mercredi 22 septembre 2010, 21:39
Localisation : _______________

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par J.Carminati » jeudi 28 juillet 2011, 18:34

carrément !

j'y ai un peu pensé, c'est important de pouvoir différencier 2 espèces, je pense aux 2 ammophiles communes un peu partout : A. sabulosa et A. pubescens (d'après le guide, campestris est plus petite).
Peut être mettre une petite "clé", pas une clé dichotomique mais la liste des espèces qui peuvent prêter à confusion avec les principaux caractères qui les différencient.
je modifierais (via "éditer") la fiche.

Personnellement, je cherche à trouver des critères valables et plus facilement identifiables que la nervation, alors ça tombe bien !

merci !

Avatar du membre
congo
Membre confirmé
Enregistré le : jeudi 11 février 2010, 14:32
Localisation : Belgique

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par congo » jeudi 28 juillet 2011, 19:37

salut Jé,et au boulot ... :wink:
tu as peut etre deja consulté le sujet de Patrick?
image-vp42252.html#42252

Avatar du membre
J.Carminati
--!--0--!--
Enregistré le : mercredi 22 septembre 2010, 21:39
Localisation : _______________

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par J.Carminati » jeudi 28 juillet 2011, 21:19

je l'avais déjà vu mais c'était il y a un moment. c'est bien que tu l'ai mis dans ton message comme ça je pourrais y aller. super ! ;-)

comme tu vois, je ne fais pas de fiches pour les tenthrèdes ^^.

Avatar du membre
Patrick_B
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Cébazat, Puy-de-Dôme

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par Patrick_B » vendredi 29 juillet 2011, 7:43

Jé, tu as raison: hors le midi, il n'y a que deux espèces communes, trois si l'on compte pubescens qui supplante campestris dans le bassin parisien et certains autre coin de France.
Une quatrième espèce peut se retrouver un peu partout, moins commune mais parfois abondante: Elle a du rouge aux pattes, au moins au antérieures (heydeni)

Ce qui fait que, hors le sud de la France, pattes noires et reflets métalliques suffisent pour sabulosa. pour faire bon poids tu note un caractère important de la clé la deuxième cellule cubitale non pétiolée (en principe rhomboïdale) et en ajoutant que le troisième tergite n'est pas entièrement rouge, on élimine aussi terminata, donc on cerne 95% des cas, même dans le sud (hors littoral et Alpes)
Bien sur, la taille ! Importante, on vient de le voir, à cause de la confusion avec les Hoplammophila.

Avatar du membre
J.Carminati
--!--0--!--
Enregistré le : mercredi 22 septembre 2010, 21:39
Localisation : _______________

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par J.Carminati » vendredi 26 août 2011, 11:07

j'ai refait des mises à jour

n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. ce qu'il y a entre parenthèse ce sont des notes personnelles (à voir : c'est parce qu'il manque quelques descriptions et je vais regarder l'atlas hyménoptera pour les locallisations, lire fabre, parce que j'ai le bouquin et il m'avait semblé avoir lu qqch concernant A. sabulosa)

Avatar du membre
Patrick_B
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Cébazat, Puy-de-Dôme

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par Patrick_B » vendredi 26 août 2011, 13:57

Liste des Ammophiles de France:

à pattes noires:
A. sabulosa commune partout.
A.terminata région méditerranéenne remonte à l'est jusqu'en Savoie, département littoraux atlantiques jusqu'en Loire-Atlantique. Paris et pourtour, Seine et Marne. Bas-Rhin
A.campestris Moins commune que sabulosa. Un peu partout.
A.pubescens. Ça et là, semble commune dans le bassin parisien. Longtemps confondue avec campestris: les cartes sont probablement incomplètes.
A.hungarica Peu commune, ça et là dans le sud-est et en Savoie.
A.modesta très rare. Pyrénées-Orientales.

et les deux à pattes rouges au moins partiellement:
A.heydeni commune en dessous de la Loire. cote Atlantique; Oise, Eure-et-Loir
A.laevicollis Strictement limitée au littoral méditerranéen de l'Aude aux Bouches-du-Rhône, où elle est commune sur les arrière-plages.

NB: hirsuta est une Podalonia et non plus une Ammophila, on la confondra plus facilement avec un sphex qu'avec une Ammophile.

Avatar du membre
congo
Membre confirmé
Enregistré le : jeudi 11 février 2010, 14:32
Localisation : Belgique

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par congo » vendredi 26 août 2011, 21:29

:0024:
j'ai encore une ou deux Ammophiles a determiner dans mes tiroirs....
j'imagine que tu seras a meme de me filer des tuyaux.... :wink:
c'est vrai ce que dit Patrick,travailler de cette facon sur certains genres,ne peut qu'etre profitable pour avancer...faut avoir le temps et la patience de s'y consacrer....
ça nous fait un bel outil de recherche,continues comme ça :wink:

Avatar du membre
Sord
Membre confirmé
Enregistré le : mercredi 22 avril 2009, 19:26
Localisation : Sud Vendée. Marais Poitevin.
Contact :

nouvelle fiche apocrite : Ammophila sabulosa

Message par Sord » vendredi 26 août 2011, 21:38

:0024:
Jérémie. Moins (depuis 9 ans de forum) débutant en entomologie mais curieux de, et de la, nature.

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Apocrites »