Lors de votre inscription suivez impérativement ces recommandations pour que votre compte soit validé.

Chilopodes français à 15 paires de pattes

de 9 à 376 paires de pattes...

Animateur : guillaume

Avatar du membre
s_cingulata
Membre confirmé
Enregistré le : mardi 1 mars 2005, 10:59
Localisation : Bouches-du-Rhône

Chilopodes français à 15 paires de pattes

Message par s_cingulata »

AVERTISSEMENT : ce document n'a pour seul but que de permettre au naturaliste d'avoir une idée un peu plus précise des différentes familles de chilopodes (voire de certains genres ou espèces dans quelques cas) qu'il pourra éventuellement photographier lors de sorties naturalistes. L'ensemble est volontairement simplifié et adapté au fait que la plupart des photos seront faites en vue dorsale. Bien entendu, ce document succinct ne remplace en aucun cas les ouvrages de détermination
et la loupe binoculaire pour l'étude approfondie de la faune de France !


En France, nous trouvons 4 ordres de la classe Chilopoda ; dans le présent post, nous traiterons uniquement des deux possédant 15 paires de pattes :

-SCUTIGEROMORPHA, dont les représentants se reconnaissent facilement grâce à leurs antennes et pattes démesurément longues, en particulier les dernières (Cliché 1); leurs antennes sont divisées en plusieurs centaines d'articles.

-LITHOBIOMORPHA, dont les pattes et antennes sont de longueur bien plus modérée que ci-dessus pour la majorité de nos espèces françaises (Cliché 3); pour la plupart, leurs antennes sont divisées en quelques dizaines d'articles seulement.

Nota : une clé des ordres et des notions biologiques existent dans le lien internet ci-dessous :
http://www.inra.fr/opie-insectes/pdf/i133iorio.pdf


SCUTIGEROMORPHA : une seule famille en France (Scutigeridae), incluant un seul genre et espèce dans notre pays : Scutigera coleoptrata (L., 1758) (Cliché 1).

Image
Caffin Marie-Pierre : France : 24/4/2007 : BAUME-CORNILLANE : 26120
altitude : 260 - taille non renseignée
ref:17994
Cliché 1 - Scutigera coleoptrata (Linné, 1758)


LITHOBIOMORPHA : 2 familles en France : Henicopidae et Lithobiidae;

Clé simplifiée des familles françaises de lithobiomorphes :

-1 ocelle de chaque côté de la tête, ou absence d'ocelles; aucune épine sur les pattes .................................. Henicopidae

-Au minimum 3 ocelles de chaque côté de la tête, et jusqu'à plus d'une vingtaine selon les espèces (cliché 3); des épines sur les différents articles des pattes (cliché 2) :!: ................. Lithobiidae

:!: dans le cas d'espèces Lithobiidae aperçues dans des grottes, certaines peuvent aussi être anophtalmes (= dépourvues d'ocelles, donc être sur ce point comme le Lamyctes coeculus Brölemann, 1889); ces espèces particulières sont des Lithobiidae troglobiontes (inexistantes dans la moitié Nord de notre pays). D'autre part, 2 ou 3 espèces de Lithobiidae sont pourvues de peu d'épines (ex : Lithobius (Sigibius) microps Meinert, 1868, qui est en plus de petite taille)

http://img506.imageshack.us/img506/4984 ... tre4ga.jpg
Cliché 2 - indications des épines caractéristiques d'un Lithobiidae (ici, des dorsales du préfémur 15)

http://img506.imageshack.us/img506/6507 ... 1a15un.jpg
Cliché 3 - Indication des ocelles caractéristiques d'un Lithobiidae

Henicopidae : 1 seul genre en France : Lamyctes Meinert, 1868; deux espèces de ce genre dans notre pays.

Lithobiidae : 3 genres en France : Eupolybothrus Verhoeff, 1907, Lithobius Leach, 1814 et Harpolithobius Verhoeff, 1904.

Clé simplifiée des genres français de Lithobiidae :

1. -1ère paire de pattes très épaisse, cet aspect étant flagrant par rapport à celui des pattes suivantes...................
Harpolithobius

-1ère paire de pattes normale............................ 2


2 -Dernières paires de pattes souvent modérément longues ; la longueur du tibia des pattes 15 est généralement inférieure à celle du tergite 10 (espèces cavernicoles exceptées) (cliché 4 : cf. sp. de gauche). Toute la France .................. Lithobius
-Dernières paires de pattes longues, voire très longues ; la longueur du tibia des pattes 15 est supérieure à celle du tergite 10 (cliché 4 : cf. sp. de droite). Absent dans le nord-ouest de la France (absence dans le nord-est probable mais à confirmer) .... Eupolybothrus

Image
Etienne IORIO : France : 13 8 2007 : Nice/Nice : 06
altitude : 200 m - taille : 25 mm/35 mm
ref:36209
Cliché 4 - spécimen de Lithobius (Lithobius) pilicornis Newport, 1844 à gauche et de Eupolybothrus (Eupolybothrus) grossipes (C. L. Koch, 1847) à droite, vue dorsale. T. 10 = tergite du 10e segment pédifère ; ti 15 = tibia de la 15e paire de pattes.

Harpolithobius : une seule espèce en France : H. anodus (Latzel, 1880)

Lithobius : 3 sous-genres en France : Lithobius Leach, 1814, Monotarsobius Verhoeff, 1905 et Sigibius Verhoeff, 1905.
-Lithobius (s. str.) : nombreuses espèces en France.
-Sigibius : 2 espèces en France.
-Monotarsobius : 3 espèces actuellement connues en France.

Eupolybothrus : au moins 4 espèces en France.

Clé simplifiée des sous-genres de Lithobius (valable seulement pour l'ouest et le nord de la France):

1. -les antennes comportent au moins 30 articles ; si elles ont moins de 30 articles, la longueur du corps doit être supérieure à 15 mm (mesure précise nécessaire). Tergites 9, 11 et 13 parfois dotés de prolongements denticulaires (cliché 6 : cf. sp. de droite) ......... s.-g. Lithobius

-les antennes comportent moins de 30 articles ; la longueur du corps est toujours inférieure à 15 mm (mesure précise nécessaire). Les tergites sont toujours dépourvus de prolongements denticulaires (cliché 6 : cf. sp. de gauche) ....................... 2


2. -les antennes comportent en général 25 articles (amplitude de variation 24 à 28) .................................. s.-g.
Sigibius

-les antennes comportent en général 20 articles (amplitude de variation 18 à 21) ............................. s.-g. Monotarsobius

2 cas où il est possible d'aller jusqu'à l'espèce :

-Le mâle de Lithobius (Lithobius) calcaratus C. L. Koch, 1844 est doté d’une verrue caractéristique près de l’apex du fémur des pattes 15 (cliché 5) ; grâce à celle-ci, il pourrait être reconnu sur une photo suffisamment nette des dernières pattes en vue dorsale. Cette espèce est une de celles du genre Lithobius qui sont dépourvues de prolongements denticulaires aux tergites 9, 11 et 13 (cliché 6 : cf. sp. de gauche). C’est un des rares lithobiomorphes qui peut être
trouvé assez facilement sur terrain relativement sec (pelouses calcaires dans le nord, garrigue dans le sud...), entre autres.

-Dans le nord-est de la France, si un spécimen du genre Lithobius est doté de prolongements denticulaires bien distincts aux tergites 9, 11 et 13 (cliché 6 : cf. sp. de droite) et dépasse 25 mm de long (mesure précise nécessaire), il s’agira de Lithobius (Lithobius) forficatus (Linné, 1758).

Image
Etienne IORIO : France : 31 1 2008 : Mandelieu : 06
- taille : 13 mm
ref:36210
Cliché 5 - dernières paires de pattes du mâle Lithobius (Lithobius) calcaratus C. L. Koch, 1844, vue dorsale (x 25). V = verrue préapicale du fémur de la dernière paire de pattes.

Image
Etienne IORIO : France : 1 11 2001 : Mandelieu/Woippy : 06/57
- taille : 13 mm/27 mm
ref:36211
Cliché 6 - tergites 8 à 12 (9 à 11 en entier) de Lithobius (Lithobius) calcaratus C. L. Koch, 1844 à gauche (x 30) et de Lithobius (Lithobius) forficatus (Linné, 1758) à droite (x 15), vue dorsale. T. 9, T. 10, T. 11 = tergite 9, tergite 10, tergite 11 ; Pd = prolongement denticulaires.

Travail réalisé à l’aide d’observations et de notes personnelles, et des références bibliographiques suivantes :

BROLEMANN H. W., 1930. - Eléments d’une faune des myriapodes de France. Chilopodes. Faune de France, 25. Imprimerie Toulousaine, Toulouse ; P. Lechevalier, Paris : 405 p.
EASON E. H., 1964. – Centipedes of the British Isles. Frederic Warne & Co Ltd, London : 294 p.
EASON E. H., 1982. - A review of the north-west European species of Lithobiomorpha with a revised key to their identification. Zoological Journal of the Linnean Society, 74 : 9-33.
IORIO E., 2006. - La faune des Chilopodes du Massif Armoricain : biologie, liste préliminaire et détermination des espèces. Mémoires de la Société linnéenne de Bordeaux, 7 : 1-73.
IORIO E., 2008. – Contribution à l’étude des chilopodes (Chilopoda) des Alpes-Maritimes incluant une clé d’identification des lithobiomorphes Lithobiidae de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Bulletin de la Société linnéenne de Provence, 59 : 127-190.
IORIO E. & GEOFFROY J.-J., 2006. - Contribution à la connaissance de Scolopendra oraniensis H. Lucas, 1846 (Chilopoda, Scolopendromorpha, Scolopendridae). Le Bulletin d’Arthropoda, 27 : 48-51.
IORIO E. & GEOFFROY J.-J., 2008. – Les scolopendromorphes de France (Chilopoda, Scolopendromorpha) : identification et distribution géographique des espèces. Riviera scientifique, 91 : 73-90.

Le petit mot de la fin (OUF ! :wink: ): j'espère que tout cela ne sera pas trop "indigeste", c'est pourtant déjà pas mal simplifié et surtout fait au mieux pour être adapté au naturaliste photographe ; il suffit de lire et de regarder ses photos avec un peu d'attention :) . J'espère que cela vous motivera à tenter quelques photos et déterminations de ces arthropodes sur lesquels il reste encore beaucoup à faire en France. On ne pourra plus dire qu'il n'existe pas de document permettant de se lancer un peu :wink:

Je remercie les autres photographes qui ont contribué à ce document.

Bien cordialement,
Etienne

PS : ce document deviendra peut-être un article "SPIP" dans le futur...

J'aimerais recueillir votre avis sur l'utilité et l'aspect pratique de cette clé complètement revue :
Merci de vos commentaires :D


[Edit Anim' : Vous pouvez le faire ICI.]

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Myriapodes »