[Trichius gallicus] Trichius

Vous avez trouvé un coléoptère dont vous ne connaissez pas le nom ? Vous avez fait une observation intéressante ?

Animateur : Lysbeth d'Alys

Avatar du membre
Pascalou
Membre confirmé
Enregistré le : dimanche 28 novembre 2004, 20:10
Localisation : quincy-voisins 77
Contact :

[Trichius gallicus] Trichius

Message par Pascalou » samedi 23 décembre 2017, 12:16

Bonjour,
Je suis un peu perdu dans les Trichius :oops:
Dans FE on a :fasciatus, orientalis, sexualis et zonatus donc pas de gallicus
Dans le CCF on a : fasciatus, rosaceus et sexualis et toujours pas de gallicus
ma question pourquoi gallicus dans la galerie?
j'imagine que gallicus = zonatus (FE) = rosaceus (CCF)
Pascalou
Il est trop tard pour être pessimiste

Balises :

Avatar du membre
Lysbeth d'Alys
Animatrice - Admin-galerie
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2005, 14:15
Localisation : Val d'Oise

[Trichius gallicus] Trichius

Message par Lysbeth d'Alys » samedi 23 décembre 2017, 12:45

Je fonctionne depuis plusieurs mois avec l'INPN
On y trouve : Trichius gallicus Dejean, 1821 (=Trichius zonatus Germar, 1829)
Lysbeth d'Alys

Avatar du membre
entomofou
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Saint Agnant de Versillat (23)
Contact :

[Trichius gallicus] Trichius

Message par entomofou » samedi 23 décembre 2017, 13:04

Effectivement, gallicus est l'espèce française. Trichius gallicus zonatus est la sous espèce du Maghreb et de Sardaigne je crois.

Avatar du membre
Le Rustique
Membre confirmé
Enregistré le : samedi 2 octobre 2010, 11:53
Localisation : près du parc Pic à Vanves 92
Contact :

[Trichius gallicus] Trichius

Message par Le Rustique » mardi 26 février 2019, 15:28

Rappel des clés et de synonymes pour les Trichius

Suite au travail pertinent de Frank-Thorsten KRELL (2012), la clé des espèces du genre Trichius Fabricius, 1787 (Subf. Cetoniinae, tribu Trichiini) dans l’Ouest paléarctique devient la suivante (en tenant compte des anciens travaux de Reitter (1894, 1898), Paulian (1957), Baraud (1977, 1992) et de considérations personnelles.)

1-Sternites du mâle couvertes d’un enduit blanc sur les quatre avant-derniers , femelle avec le bord postérieur du dernier sternite portant une petite incision de chaque côté… …………………....2
-Sternite du mâle avec au plus, deux taches transversales blanches sur les deux avant-derniers sternites, quelques fois absentes. Femelle à bord postérieur du dernier sternite simple ou avec une faible échancrure plate………..........................................................................................……… 3
2- Méso tibias avec une faible échancrure pré apicale au bord externe. Paramères de l’édéage plus épais en forme de bec de corbeau et bombé à la base .....................................… sexualis Bedel, 1906
(Désignation originale Trichius sexualis ; =gallicus Reitter 1898 nec Heer ( Best. Tab) ; = succinctus Castelnau de Laporte, 1840 : nomen preoccupatum, =abdominalis Erichson,1849)

-Méso tibias avec un bourrelet pré apical au bord externe . Paramère du mâle proche de celui du sexualis mais moins épais. Surface du pronotum à pubescence plus courte comme tondue. Pronotum de la femelle avec une large impression dorsale noire, tomenteuse au centre . Les élytres sont plus brun rouge que jaunes chez les exemplaires frais …………………………….....................................................………orientalis Reitter,1894
(Turquie SE, Syrie ) paramère du mâle proche de celui du sexualis mais moins épais.

3- Méso tibias fortement échancrés sur l’arête externe avant l’apex, et avec l’angle proximal de cette échancrure dentiforme. Normalement chaque élytre avec 3 taches noires accolées à la marge externe des élytres et dont la première, humérale, se prolonge transversalement jusqu’à la suture (mais toutefois nombreux variants). Pronotum noir à dense et longue pilosité jaune dressée. Sternites du mâle dépourvus en général de squamules blanches. Apex du pygidium de la femelle échancré en arc de cercle. Paramères de l’édéage du mâle peu effilés et non bombés à la base ………………………….....................................................................fasciatus Linné, 1758
Désignation originale Scarabaeus fasciatus ; = abdominalis Mulsant, 1842, synonyme.

-Méso tibias à peine sinués sur l’arête externe. Normalement chaque élytre avec 3 taches noires accolées à la marge externe des élytres et dont la première ne se prolonge pas transversalement jusqu’à la suture au niveau du scutellum (mais toutefois nombreux variants, dont rarement les élytres entièrement noirs). Apex du pygidium de la femelle non échancré. Pronotum noir à dense mais moins longue pilosité jaune dressée. ................................… 4

4- Sternites du mâle pourvus en général de squamules blanches sur les deux avant-derniers. Paramères de l’édéage effilés , recourbés à l’apex et relevés en bosse à la base. Tête et pronotum noirs, luisants partout ….........................................………………. gallicus Dejean, 1821
= Scarabaeus rosaceus Voet, 1766–1778, nom non disponible ; = Scarabaeus zonatus Germar 1794 var. gallicus Heer, 1841 (synonyme).

-Sternites du mâle dépourvus de squamules blanches sur les deux avant-derniers. Tête et pronotum noirs, luisants à l’exception d’une grande tache noire mate tomanteuse sur le tiers basal du pronotum. Paramères de l’édéage effilés mais moins recourbés à l’apex , relevés en bosse à la base, et avec un petite indentation sur le 1/3 inférieur ….………………….…………………….....................................….abdominalis Ménétriès 1832
(Désignation originale Trichius abdominalis, du Caucase , Iran NW).



Image
Medvedev : France : sans : sans : 26/02/2019
Altitude : NR - Taille : 1mm
Réf. : 224155




La description originale du T. orientalis a été faite en 1894 par Reitter dans Wiener Entomologische Zeitschrift, 1894, XIII : 6 . Puis Reitter reprend la description en 1898 dans son Best. Tab.
L’espèce de 11,3-14 mm de longueur, présente les caractéristiques du genre Trichius Fabricius, 1787, à savoir les tibias antérieurs bidentés au bord externe, le premier article des tarses antérieurs arque et prolongé en dehors, et tous les téguments à l’exception des élytres, recouverts d’une longue pubescence de duvet clair. Ce genre à distribution paléarctique, renferme 6 espèces dont une seule (T. orientalis) se rencontre dans le secteur du Levant.
Elle se singularise des autres espèces par les tibias intermédiaires ayant après le milieu de leur face externe, un bourrelet oblique irrégulier ne s’élargissant pas en une dent aigue sur le bord supérieur interne, par le pygidium des femelles non échancré en arc au sommet, par les segments abdominaux des mâles avec en partie des écailles sous forme de bande transversale d’écailles blanches et une pubescence éparse courte. De plus, le front, le pronotum, le pygidium ont une pubescence laineuse jaune dense mais qui est courte comme tondue, ce qui le différencie de T. sexualis Bedel, que l’on trouve en Anatolie. Par ailleurs, le pronotum de la femelle présente une grande impression dorsale noire, tomenteuse, cordiforme bien délimitée et creusée.
Les élytres (chez la forme typique) sont d’un brun rouge plus rarement jaune, avec une bande basale noire tranverse et large, et une bande humérale noire interrompue et limitée aux 2 angles. Les variations dans les fascies noires des élytres ont été la source de plusieurs aberrations décrites (voir tableau de Medvedev, 1964).
L’espèce a une distribution limitée à la Turquie d’Anatolie moyenne et orientale (Vilhayet Icel, Adana, Hatay) et la Syrie, et on peut l’observer en zone de montagne et de sub montagne dans des secteurs boises et frais. Elle ne semble pas avoir été signalée du Liban, de la Palestine et d’Israël. Ses larves vivent dans les souches de vieux arbres non résineux, à moitié pourris, ou dans les parties mortes ou pourries de divers arbres (hêtre, figuier, cerisier, peuplier). On peut aussi les trouver dans les piquets plantes en terre et dont le bois est déjà un peu ramolli.
L’imago est souvent floricole et s’observe sur diverses fleurs notamment les roses, les fleurs de cistes, de sureau, de Rubus, de pivoines, de pommiers et d’églantier, et aussi sur les Heracleum (ombellifères). Aussi au mois de mai sur les fleurs de ronciers au Nord-Ouest de la Syrie près de la frontière avec la Turquie, ainsi que dans le Hatay (massif de Nur Daglari) en Turquie.
"Verba volent, Scripta manent"

Avatar du membre
entomofou
Modérateur
Enregistré le : dimanche 7 mars 2004, 13:00
Localisation : Saint Agnant de Versillat (23)
Contact :

[Trichius gallicus] Trichius

Message par entomofou » mardi 26 février 2019, 23:32

Le travail de Krell est ICI.

Avatar du membre
Le Rustique
Membre confirmé
Enregistré le : samedi 2 octobre 2010, 11:53
Localisation : près du parc Pic à Vanves 92
Contact :

[Trichius gallicus] Trichius

Message par Le Rustique » jeudi 28 février 2019, 14:01

Une très bonne clé de détermination des Trichius d'Europe établie en langue allemande par nos cousins germains:

Edit anim : j'ai supprimé la photo prélevée sans autorisation, il suffit de donner le lien
"Verba volent, Scripta manent"

Répondre Sujet précédentSujet suivant

Retourner vers « Coléoptères »