Dernière mise à jour :
mardi 1er juillet 2014
62 articles à ce jour
Les Mantes de France
Présentation des neuf espèces françaises
vendredi 20 septembre 2013

Vincent DERREUMAUX - 11/08

Présentation des neuf espèces de Mantes françaises, avec des critères pour les reconnaître et des photos d’illustration.


Position taxonomique :

Classification linnéenne :Classification phylogénétique :
- Ordre : Dictyoptera - Groupe des Dictyoptera
- Sous-ordre : Mantodea - Groupe des Mantodea

Généralités

Les mantes sont d’assez grands insectes dont la taille (adulte) varie de 15 à 80mm. Elles ont un corps allongé, une petite tête avec de grands yeux et de grandes antennes, et enfin des pattes antérieures ravisseuses.
Leur livrée varie du vert au brun foncé en passant par le roux, le beige et le gris. Elles se camouflent très bien dans leur milieu et prennent souvent une posture qui les rend encore plus difficiles à voir, allant même jusqu’à imiter le mouvement du vent dans les brindilles tel que le font les phasmes par exemple.

JPEG - 82.5 ko
Empusa pennata (juvénile)
Mimétisme du diablotin.
Auteur : Vincent DERREUMAUX

Les Mantes sont des prédateurs qui chassent à l’affût, jetant leur dévolu sur les criquets, papillons et autres insectes.

JPEG - 71.1 ko
Mante (Mantis religiosa) mangeant un perce-oreille.
Auteur : Mathieu SANDRONE
ref : 40247

Les mantes fabriquent des oothèques contenant et protégeant leurs œufs.

JPEG - 92.4 ko
Oothèque de Mantis religiosa
Auteur : Nicolas GONZALES
ref : 14704

Liste des Mantes de France

En France : 3 familles sur la quinzaine de groupes familiaux connus, 7 genres, 9 espèces.

  • Mantidae
    • Ameles africana Bolivar 1914
    • Ameles spallanzania (Rossi 1792)
    • Ameles decolor (Charpentier 1825)
    • Geomantis larvoides Pantel 1896
    • Iris oratoria (Linnaeus 1758)
    • Mantis religiosa (Linnaeus 1758)
    • Pseudoyersinia brevipennis (Yersin 1860)
  • Empusidae
    • Empusa pennata (Thunberg 1815)
  • Amorphoscelididae
    • Perlamantis alliberti Guerin-Meneville 1843

Présentation de ces espèces

  • Mantis religiosa (Linnaeus 1758) : L’espèce la plus connue et la plus répandue est la Mante religieuse. On la trouve dans toute la France même si elle est moins commune dans le nord. C’est l’espèce la plus grande, atteignant 8 cm, le mâle étant plus petit. On la rencontre (adulte) de juillet à novembre. Le critère le plus simple pour l’identifier est la présence d’une tâche noire sur la face interne à la base de chaque patte antérieure.
JPEG - 96.8 ko
Mantis religiosa : on voit bien la tâche noire caractéristique
Auteur : Jacques CARRIERE
ref : 27588
  • Iris oratoria (Linnaeus 1758) : Voici une espèce que l’on peut confondre avec la précédente. On la rencontre seulement dans le sud de la France, de juillet à novembre. Elle est de plus petite taille (20 à 50mm) la femelle est brachyptère. Elle possède des ailes colorées et 2 tubercules sur l’écusson frontal.
JPEG - 140.7 ko
Iris oratoria
Auteur : Eric SERRES
ref : 24053
  • Genre Ameles : Les Ameles sont de petites (20 à 30mm) mantes du sud. On rencontre 3 espèces dont les femelles sont brachyptères.
    • Ameles decolor (Charpentier 1825) : Sur le continent (absente de Corse), c’est la plus commune des Ameles. On la rencontre facilement dans la garrigue entre juin et octobre. Elle arbore des couleurs pâles : gris, beige ou brun en harmonie avec les herbes sèches de l’été provençal.
JPEG - 54.1 ko
Ameles decolor Mâle
Auteur : Vincent DERREUMAUX
JPEG - 49.4 ko
Ameles decolor Femelle
Auteur : Vincent DERREUMAUX

On retiendra 4 critères :

      • la longueur du pronotum est supérieure ou égale à deux fois sa largeur
      • le pronotum rétréci progressivement après la dilatation médiane
      • les yeux sont arrondis
      • l’abdomen est relativement étroit et non recourbé chez la femelle
    • Ameles spallanzania (Rossi 1792) : Plus rare sur le continent (commune en Corse), on la rencontre dans la garrigue entre juin et octobre dans les départements du bord de mer du sud-est. Elle présente une plus grande variété de coloris que sa cousine continentale : vert, beige, brun, marron, et parfois vert et marron (violacé).
JPEG - 70.7 ko
Ameles spallanzania Mâle
Auteur : Vincent LEFEBVRE
ref : 25807
JPEG - 76.8 ko
Ameles spallanzania Femelle
Auteur : Christophe AVENAS
ref : 12822

Les critères :

      • la longueur du pronotum est inférieure à deux fois sa largeur
      • le pronotum rétréci fortement après la dilatation médiane
      • les yeux sont pointus
      • l’abdomen est relativement large et recourbé chez la femelle
JPEG - 216.8 ko
Comparaison des pronotums d’Ameles
Auteurs : Vincent DERREUMAUX, Christophe AVENAS
    • Ameles africana Bolivar 1914 : Elle ne se rencontre qu’en Corse et ressemble beaucoup à Ameles spallanzania.
  • Geomantis larvoides Pantel 1896 : Cette petite mante (20 à 30mm) du midi a la particularité d’être aptère. Elle présente des teintes du même style qu’Ameles decolor. On peut donc la confondre avec une femelle de cette espèce mais en regardant de près G. larvoides n’a pas d’ailes du tout. On peut vérifier aussi que le premier segment des tarses postérieurs est aussi long que les 4 autres pris ensemble (ces segments ont une longueur identique chez A. decolor) et la présence d’un tubercule derrière les yeux.
JPEG - 124.6 ko
Geomantis larvoides
Auteur : Eric SERRES
ref : 29560
  • Pseudoyersinia brevipennis (Yersin 1860) : Il s’agit là d’une espèce mythique pour la France. Cette petite mante (20 à 30mm) à été décrite en 1860 sur la base de 2 spécimens, un couple, capturés sur la presqu’île de Giens dans le Var. Aucune capture récente n’est connue de France, c’est une espèce qui se rencontre sur le pourtour du bassin méditerranéen.
    Elle est brachyptère, a des yeux (très) pointus et ne présente pas de tubercule post-oculaire (pour la différencier de Geomantis larvoides).
JPEG - 62.5 ko
Pseudoyersinia brevipennis
Mâle et femelle
Auteur : Bruno MERIGUET
ref : 29533 - ref : 29532
  • Empusa pennata (Thunberg 1815) : Cette unique représentante de sa famille en France est assez commune et se rencontre dans le grand sud et dans l’ouest de mai à octobre. Les larves sont appelées diablotins. Il s’agit d’une grande espèce (45 à 70mm) dont le mâle porte de grandes antennes pectinées.
    Tandis que les adultes sont généralement verts et beiges, les jeunes hauts sur pattes, présentent une livrée plus variable mais souvent en mosaïque (vert et beige, brun et beige) et ont l’abdomen recourbé. Outre son aspect général qui empêche toute confusion, on peut se baser sur le tubercule qu’elle a sur la tête pour reconnaître cette espèce.
JPEG - 89.5 ko
Empusa pennata Femelle
Auteur : Vincent DERREUMAUX
JPEG - 64.8 ko
Empusa pennata Mâle
Auteur : Vincent DERREUMAUX
  • Perlamantis alliberti Guerin-Meneville 1843 : Cette unique représentante de sa famille en France est très rare et se rencontre dans le midi. C’est la plus petite de nos mantes avec seulement 15 à 20 mm.
    Ses signes distinctifs sont un pronotum carré et le tibia antérieur qui ne présente qu’une seule épine.

Documentation

Pour la rédaction de cet article je me suis appuyé principalement sur le forum ! Mais je me suis aidé également avec Fauna Europaea et Wikipedia ainsi que cet article de Jean-Michel Faton et Yoann Braud.

Remerciements

Je remercie chaleureusement Frédéric Chevaillot pour le montage photo et Bruno Meriguet pour les informations et les corrections.

Articles de cette rubrique
  1. Les Termites de France
    15 juin 2013

  2. Les Mantes de France
    20 septembre 2013